Flash

L'Arabie saoudite admet que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul

Par L'Economiste| Le 20/10/2018 - 08:35 | Partager
L'Arabie saoudite admet que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul

L'Arabie saoudite a formellement admis samedi, 17 jours après les faits, que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait été tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul, une affaire qui a eu un retentissement mondial. La confirmation de la mort de Khashoggi a été relayée peu avant l'aube par l'agence de presse officielle saoudienne SPA qui a fait état du limogeage de deux hauts responsables saoudiens et de l'arrestation de 18 suspects, tous Saoudiens. Le président américain Donald Trump a qualifié ces développements de "pas très important".

"Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu'il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (...) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort", a déclaré SPA en citant le parquet. Le procureur général d'Arabie saoudite a publié un communiqué sur le déroulement des faits: "Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat saoudien à Istanbul ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing avec le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a conduit à sa mort, que son âme repose en paix". Le directeur d'un centre de réflexion considéré comme proche du pouvoir à Ryad, a donné une autre version. "Khashoggi est mort d'un étranglement au cours d'une altercation physique, pas d'une rixe à coups de poings", a déclaré Ali Shihabi, disant s'appuyer sur une source saoudienne haut placée.

Plus tard, le département international du ministère saoudien de l'Information a publié une déclaration en anglais attribuée à "une source officielle", affirmant que les discussions au consulat ont pris "une tournure négative" entraînant une bagarre qui a conduit à la mort de Khashoggi et à une "tentative" par les personnes qui l'avaient interrogé de "dissimuler ce qui est arrivé". En confirmant la mort de Khashoggi, l'Arabie saoudite, dont l'image a terriblement souffert, a annoncé la destitution d'un haut responsable du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, et celle d'un important conseiller à la cour royale, Saoud al-Qahtani.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc