×
Entente
Entente Par Khalid BELYAZID
Le 29/09/2022

Les complotistes sont dé­çus. Dans le dernier avis du Conseil de la concurrence, on ne trouve pas trace de réunions secrètes des pétroliers pour s’en­tendre sur les prix... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Heetch vs Careem : La guerre est déclarée

Par L'Economiste| Le 03/04/2019 - 11:19 | Partager
Heetch vs Careem : La guerre est déclarée

La guerre est déclarée entre Heetch et son concurrent Careem. Le premier vient de déposer une plainte pour "concurrence déloyale" au Conseil de la concurrence. En cause, Heetch affirme que Careem a "enfreint plusieurs réglementations au risque de porter un préjudice important à l’activité de Heetch et de précariser les quelque 90.000 chauffeurs de taxi respectueux de la législation, sans pour autant ouvrir de sérieuses perspectives d’emplois ou bénéfices pour les consommateurs".

Heetch Maroc a présenté une liste des infractions à la loi et pratiques 'frauduleuses' exercées dans les domaines du transport public mais aussi touristique par MM Networks (entité développant les activités de Careem) et Careem Networks FZ LCC qui 'engendrent une distorsion du jeu de la concurrence", selon le plaignant. Précisément, ce dernier accuse Careem de ne pas disposer de conducteurs professionnels et agréés. "Appelés dans quelques cas 'captains' ou 'ambassadeurs', ces chauffeurs sont généralement des salariés non déclarés ou, dans la majorité, prestataires informels qui ne répondent à aucune exigence légale, parmi lesquelles l’obligation d’obtenir un agrément et une autorisation", se plaint la plateforme VTC. L’accusateur estime que cette pratique est "illégale" et "néfaste" pour le consommateur. En guise d’exemple en cas d’accident, le seul responsable reste le conducteur, selon Heetch.