×
Inenvisageable
Inenvisageable Par Meriem OUDGHIRI
Le 18/04/2024

D’un côté des fenêtres grandes ouvertes d’opportunités, des corridors renforcés d’échanges, des rendez-vous d’importance qui arrivent… de l’autre, des... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter

EN IMAGES/ Ordures : Fès devenue un grand dépotoir

Par L'Economiste| Le 03/04/2024 - 14:18 | Partager
EN IMAGES/ Ordures : Fès devenue un grand dépotoir

Depuis quelques mois, le système de collecte des ordures ménagères mis en place à Fès semble être en panne. Des poubelles qui débordent, des odeurs nauséabondes, et des habitants qui montent au créneau. Pourtant, le secteur du ramassage des ordures et du nettoiement constitue une dépense faramineuse de l'ordre de 168 millions de DH environ... "Un montant qui ne reflète pas la qualité du service opéré. Puisque l'image des déchets jonchant des ruelles n'épargne aucun quartier, des plus huppés aux plus populaires", déplore un universitaire.

A côté des hôtels jouxtant la wilaya, la situation est désastreuse, constate L'Economiste. Les passants, particulièrement des touristes venus découvrir les merveilles de la cité idrisside, regrettent "une pollution visuelle et des odeurs insupportables qui inhibent image d'une ville berceau des civilisations et candidate au Mondial 2030". Pour certains observateurs, "les déchets s'entasseraient à cause des fréquences de ramassage ou encore les chiffonniers qui font leur emplettes avant le passage des camions bennes". En tout cas, dans plusieurs quartiers, notamment sur les boulevards Allal Benabdallah, Hassan II, route d'Imouzzer ou encore l'avenue des FAR, des riverains se plaignent car les poubelles débordent et restent trop longtemps sur les trottoirs.

Pourtant, les éboueurs ne sont pas en grève, comme certains le croient. Les photos prises hier soir et aujourd'hui, montrant des poubelles qui débordent, des conteneurs pleins qui envahissent les trottoirs, se passent de tout commentaire. "Mon cœur saigne pour cette ville où l'on commence à croire que les décideurs, qui doivent assurer le contrôle, le suivi et attester d'une bonne gouvernance, sont malheureusement aux abonnés absents. Quelle tristesse !", regrette un intellectuel.

Y.S.A.