Boulaknadal expose les nouveautés de l’IGOC 2022 à la CGEM

Par L'Economiste| Le 09/02/2022 - 11:47 | Partager
Boulaknadal expose les nouveautés de l’IGOC 2022 à la CGEM

Le DG de l’Office des changes, Hassan Boulaknadal, a exposé, mardi à Casablanca, les nouveautés de l'Instruction Générale des Opérations de Change (IGOC-2022) lors d’une rencontre avec le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj.

Cette rencontre a permis d’exposer aux membres des représentations régionales de la Confédération et des fédérations professionnelles les nouvelles dispositions de l'IGOC-2022 élaborées en concertation avec les différents groupements d'intérêt économiques nationaux. Ces nouveautés dans la réglementation de change pour l’année 2022 s’articulent autour d’un ensemble de mesures d’assouplissement des opérations de change visant à accompagner la relance économique post-Covid et à offrir aux opérateurs nationaux une flexibilité et un accompagnement pour le développement de leurs opérations à l'international. Parmi les apports de la CGEM à cette 4e instruction depuis la libéralisation des opérations de change, Alj a souligné le relèvement de 50 à 200 millions de DH du plafond autorisé pour tout investissement marocain à l'étranger et l’augmentation de la dotation de commerce électronique de 500.000 à 1 million de DH au profit des jeunes entreprises innovantes.

Il s’agit également, a-t-il poursuivi, de la suppression de comptes rendus exigés des opérateurs économiques qui allègera les procédures en cours, et permettra aux entreprises de se consacrer à leur cœur de métier, en sus de la mise en place d'une dotation dans la limite de 200.000 DH pour le règlement par carte de paiement internationale des importations de services pour les entités ne disposant pas de comptes en devises ou en dirhams convertibles.

Selon  Alj, ces nouvelles mesures constituent un fort signal d’appui en alignement avec les recommandations du Nouveau modèle de développement, lesquelles inciteront les entreprises nationales à s’implanter dans de nouveaux marchés porteurs.