×
«Momentum Maroc»
«Momentum Maroc» Par Mohamed Ali Mrabi
Le 01/12/2022

L’ «usine du monde» va mal. Trois ans après l’apparition des premiers cas de la Covid-19 à Wuhan, la Chine n’arrive pas encore à se rétablir. Les choses... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Accueil de Brahim Ghali/ migrants à Sebta: Madrid réagit encore

Par L'Economiste| Le 18/05/2021 - 09:50 | Partager
Accueil de Brahim Ghali/ migrants à Sebta: Madrid réagit encore

L’Espagne s’est encore prononcée sur l’accueil de Brahim Ghali, une décision qu’a vigoureusement dénoncée Rabat. Lundi soir, la ministre espagnole des Affaires étrangères a justifié l'accueil du chef du polisario poursuivi en Espagne pour viol, torture et autres crimes.

La cheffe de la diplomatie espagnole a exclu que le désaccord avec Rabat sur ce sujet puisse être à l'origine de l'arrivée de milliers de migrants marocains à Sebta. "Il s'agissait, et il s'agit tout simplement, d'une question humanitaire, d'une réponse humanitaire à une demande d'aide humanitaire d'une personne qui se trouvait dans une situation de santé très, très fragile", a déclaré Arancha González Laya dans une interview à la radio Cadena Ser. "Je ne conçois pas que l'on puisse mettre en danger la vie de mineurs dans la mer comme nous l'avons vu ces dernières heures à Ceuta", que cela puisse être "une réponse à une action humanitaire", a-t-elle ajouté.

Lundi, des milliers de migrants (jeunes, femmes et familles entières) ont réussi à entrer à Sebta. Une action perçue comme une réponse marocaine à l’accueil de Brahim Ghali, même si Rabat n’a pas officiellement réagi à ces arrivées massives.

Selon la ministre, des responsables marocains, qu'elle n'a pas nommés, ont "assuré" lundi les autorités espagnoles que cet afflux de migrants dans l'enclave espagnole "(n'était) pas le fruit du désaccord" avec Rabat à propos de la présence de Brahim Ghali.