×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Explications

Par L'Economiste| Edition N°:1359 Le 23/09/2002 | Partager

La campagne électorale a eu et a encore beaucoup de difficultés à décoller. Il n'est pas encore trop tard pour redresser la barre. Les espaces d'affichage ne sont occupés que par de rares et toutes petites affiches, tandis que les autres rectangles numérotés restent… vierges. Comment ces affiches peuvent-elles marquer l'esprit des passants et quelle idée ceux-ci vont-ils retenir de tous les autres rectangles blancs?De même, les candidats sont-ils bien sûrs que les équipes qu'ils ont recrutées à la dernière minute effectuent les distributions de tracts correctement, sans gaspillage et avec l'enthousiasme nécessaire pour donner une bonne image?Les meetings, les bains de foule, les visites… restent rares. Pourtant, en bonne stratégie, ce sont des moments-clefs pour mobiliser ses propres sympathisants et décourager ceux des partis rivaux. En fait, la première leçon que donne cette campagne, c'est qu'il faut un minimum d'organisation, de structures, d'hommes. Les grands partis ont vite compris que l'essentiel se joue là. Et ce avec une complexité supplémentaire: pour l'électeur, la manière d'exprimer son choix est compliquée. Le risque plane d'avoir un grand nombre de bulletins nuls, par ignorance ou inadvertance.Les grands partis et les petits qui sont bien structurés emploient une grande partie de leur énergie à expliquer comment bien se servir du bulletin. La recette: sillonner les quartiers, faire du porte-à-porte… Objectif: mettre entre les mains des électeurs un mode d'emploi basique pour voter en leur faveur, bien sûr. Dans cette épreuve, ce sont les grands partis qui disposent des meilleurs atouts: Un syndicat actif, une jeunesse organisée, des associations parallèles sont mis à contribution. Ils sortent ainsi toutes leurs cartes. Dans cette course d'obstacles, les nouvelles formations et les petits partis doivent faire un effort supplémentaire. Car rien n'est encore joué puisque le dernier mot reviendra aux urnes.Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc