×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Etat

Par L'Economiste| Edition N°:4087 Le 02/08/2013 | Partager

Le  gouvernement Benkirane n’a pas trouvé terra nullius en s’installant au pouvoir. Dans le discours du Trône, le Roi a attiré l’attention sur les acquis positifs des gouvernements précédents, Youssoufi, Jettou et El Fassi.
Le Souverain n’a pas manqué de rappeler qu’il appartient au gouvernement Benkirane de continuer cette œuvre et de l’enrichir. Ce faisant, le Roi est dans son rôle en assumant la permanence et la continuité de l’Etat.
Il y a aussi un message politique sur l’intérêt général de la Nation, message que le chef du gouvernement devrait saisir: l’exercice du pouvoir implique de prendre en charge le passé et surtout de construire le futur.
Or,  jusqu’à présent, Benkirane et son équipe ont développé un discours de dénigrement à l’égard de leurs prédécesseurs; dénigrement cachant l’absence de vision et d’action constructive. Accusations et invectives ne font pas une politique pour un pays.
Dans un tel contexte, ce n’est pas un hasard si la majorité s’est défaite. Il devenait de plus en plus difficile aux alliés du PJD, notamment au plus important d’entre eux, l’Istiqlal, de suivre cette politique de destruction, sans horizon et sans issue.
Les élections ont conduit le PJD au gouvernement. Ceci ne fait pas table rase du passé, et ce n’est pas une révolution. Le Maroc a rejeté la violence. Il a choisi la voie des réformes, même si ce sont des réformes très profondes.
L’équipe de Benkirane II est en cours de construction. Ce n’est pas facile à cause de ces stratégies d’invectives et de calomnies à tout va.
Pourtant, c’est une opportunité: cette équipe devrait être l’occasion de remettre l’économie et l’intérêt général au centre de l’action gouvernementale.
Dans l’intérêt du pays d’abord, et dans l’intérêt même du PJD et de Benkirane, ils devraient se ressaisir et faire désormais en sorte que le passage des islamistes modérés au pouvoir ne marque pas un recul économique et social pour le Maroc.
 

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc