×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Essai

Par L'Economiste| Edition N°:2276 Le 16/05/2006 | Partager

Et arrive le 16 mai, ses traumatismes, son inflexion décisive. Réponse sécuritaire et judiciaire d’abord, car il fallait maîtriser le monstre. Traitement pédagogique ensuite avec le dépoussiérage que l’on sait de l’institution religieuse, et enfin les programmes de réhabilitation économiques et sociaux. Trois ans après, où en sommes-nous?Après cette rapide et ambitieuse prise en main, l’alternative est clairement posée. Doit-on se résigner à tolérer ce qui subsiste, c’est-à-dire un petit terrorisme intellectuel latent avec tous les dégâts collatéraux que cela peut entraîner? Non, car ce serait céder du terrain à la bataille contre l’islamisme radical. Celle-ci n’est pas encore gagnée puisque la plus dure des réformes c’est la réforme des mentalités. Et sur ce plan, il faut le reconnaître, le travail qui reste à accomplir est titanesque. Le Maroc avait laissé s’ouvrir un coin de voile démocratique. Coin de voile dont certains ont profité pour glisser ici et là quelques feux d’incendie. Il ne s’agit pas de revenir sur ces acquis. Mais restons vigilants tout de même. En 2003, le Maroc découvrait brutalement ses «salafistes», ses fatwas et ses kamikazes. En 2006, il traîne toujours ses barbus moralisateurs, ses maîtres-censeurs. Le discours d’un parti comme le PJD par exemple manque de clarté. On ne peut d’un côté consacrer au moins une manchette en une à la cabale contre le film Marock et d’un côté appeler opportunément les Marocains «à préserver la cohésion» à l’occasion du 16 mai.Contrairement à ce que l’on pense, ce qui se passe avec ce parti ne relève pas de la confrontation d’idées. Car si c’était le cas, le débat ne prendrait pas une tournure violente et caricaturale. Il ne manquera pas de belles âmes pour soutenir que les vertus et la dignité des Marocains ne peuvent pas être pris en otage. Or c’est justement là où réside le danger. Ne doutons pas que des recruteurs sont déjà à l’œuvre pour transformer l’essai.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc