×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Enjeux

Par L'Economiste| Edition N°:2235 Le 16/03/2006 | Partager

C’était attendu. Après la nomination de Chakib Benmoussa à la tête de l’Intérieur, d’autres mouvements allaient suivre. En effet, les nominations royales d’hier réorganisent ce grand département multimissions. On a souvent tendance à percevoir le ministère de l’Intérieur uniquement sous le prisme sécuritaire et occulter une dimension nettement plus importante, le développement économique. Or, aujourd’hui, le travail des walis et gouverneurs est jugé aussi sur le niveau d’investissement, le marketing des territoires.Ces dimensions vont d’ailleurs prendre de plus en plus d’ampleur. Il y a en outre le débat chaud qui s’annonce sur l’autonomie au Sahara marocain. C’est un chantier gigantesque dont les inclinaisons locales seront prises en compte.Un poids lourd comme Chakib Benmoussa saura organiser le travail autour de lui pour que ces nouvelles recrues soient un souffle nouveau pour porter deux autres grands dossiers stratégiques du Maroc. Le premier est incontestablement l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Saâd Hassar, nouveau secrétaire général du ministère, ramène avec lui tout son savoir-faire à la tête des collectivités locales. Il connaît toutes les communes, leurs forces, leurs faiblesses. Ensemble, ces deux ingénieurs sauront piloter ce projet destiné à lutter contre la pauvreté et à générer des revenus. L’autre dossier important reste les échéances électorales de 2007. La consigne royale est claire: des élections législatives propres et nettes. La tâche est d’imposer à une classe politique, ayant pris pendant longtemps de mauvais plis, cette transparence en cours dans les démocraties modernes. Les élections doivent être un moment ordinaire dans la vie d’une nation. Donc, la volonté politique est là. Les compétences aussi. Et c’est sur le terrain que se joueront les grands enjeux.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc