×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Conquêtes

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5917 Le 31/12/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Bonne année, bonne santé. Oublions un peu l’ambiance mortifère et berçons-nous d’optimisme. Comme le montrent bien les 24 pages de notre rétrospective, les domaines où le Maroc pourrait continuer de voir les choses en grand ne manquent pas et certains lui réussissent fort bien.

Le très joli coup de la reconnaissance du Sahara par Washington en est incontestablement un. Il contribue à atténuer le bilan économique et social catastrophique de l’année 2020, mais devrait inviter d’autres champs à cesser de réfléchir petit.

Sur beaucoup de domaines et pas seulement diplomatique, le Maroc ne doit pas paraître sans idées et même si nous sommes tous confrontés à une tendance contraire à nos vœux, l’obligation de résultat s’impose à nous plus que jamais.

L’avenir s’écrira avant tout à travers l’accélération du processus de modernisation de l’Etat. L’Etat n’a cependant qu’une partie de la réponse, car c’est en plaçant le curseur de la mobilisation du côté du secteur privé qu’il sera possible de redonner toutes ses chances au Maroc.

Là encore, point de surprises. Il faudra au préalable libérer les initiatives, traquer toutes ces choses qui rendent la vie difficile aux usagers, qu’ils soient particuliers ou entreprises. On le sait, la pandémie dont on n’entrevoit toujours pas le bout du tunnel ne peut servir de bouc émissaire à l’ensemble des dysfonctionnements. La bureaucratie décime pas mal de points de PIB aussi. Elle nous prive de la capacité à concrétiser des ambitions beaucoup plus grandes.

La preuve: ne serait-ce pas un cerveau marocain qui est derrière l’une des œuvres qui marqueront à jamais l’histoire de l’humanité, la conception d’un vaccin contre la Covid. Mais emportés par notre euphorie, l’on en oublierait presque qu’avant d’accepter cette mission, il a posé comme prérequis la suppression de toutes les restrictions bureaucratiques potentielles. Les grandes conquêtes sont à ce prix.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc