×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Confiance

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5951 Le 19/02/2021 | Partager
    dr_mohamed_benabid.jpg

    Dans un monde imprévisible, la sagesse recommande de se fixer des orientations et au préalable de les identifier. La promotion du made in Maroc en est une. Elle surfe sur le «Nation branding» si cher à Philip Kotler, concept qui a besoin pour exister de deux prérequis.

    D’abord, le contenu. C’est celui de la transformation entamée par le pays au cours de ces 20 dernières années et qui a permis l’émergence de boosters de l’attractivité: stabilité politique, climat des affaires, qualité de l’infrastructure et des institutions, RH... Quoi qu’on pense, la légendaire compétitivité-prix ne s’est jamais faite au détriment de la capacité d’adaptation aux différents standards de production ou de management.

    L’employeur marocain est tout-terrain, capable pour ainsi dire de s’adapter tant aux démarches d’intelligence collective, de design thinking qu’aux organisations Lean, Kaizen ou Scrum. La prochaine étape va consister à consolider ces acquis.

    Le nerf de la guerre, le financement, peut aider. Avec la mise en place du Fonds Mohammed VI, il existe ainsi un argument supplémentaire et solide pour préparer la reprise. Même si le compromis sera éternellement posé entre l’utiliser pour soulager la trésorerie des entreprises ou le consacrer exclusivement aux dynamiques industrielles.

    Le contenant maintenant. A travers des constructions comme celles de l’AMDIE qui permettent à l’Etat de proposer des compétences au service de l’accompagnement des donneurs d’ordre et investisseurs, les efforts de proactivité sont manifestes.

    C’est loin d’être insignifiant. Sans déplacement, sans salons en ce contexte pandémique, il fallait se réinventer. Le plus important est de constater, comme le montre la qualité des témoignages, des analyses, du débat serein et constructif proposés dans notre dossier d’aujourd’hui, l’existence d’un climat de confiance entre les pouvoirs publics et les acteurs. C’est un premier gage pour la relance.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc