×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Echec programmé

Par L'Economiste| Edition N°:4331 Le 04/08/2014 | Partager

La conclusion à laquelle est arrivé le Conseil économique, social et environnemental à propos des villes nouvelles est tout sauf une surprise: ce programme, mal appréhendé dès le départ, ne pouvait que déboucher sur un fiasco. Tamesna dans la région de Rabat ou Tamansourt près de Marrakech sont aujourd’hui des villes fantômes bien loin des lieux de vie que nous promettaient leurs promoteurs. Dommage, parce que nous avions l’avantage de ne pas reproduire les erreurs commises ailleurs dans le monde.
Dans sa mise en œuvre, le programme des villes nouvelles a vite muté en une opération de promotion immobilière assortie d’une promesse que tout le reste suivrait rapidement. Rien de tout cela n’a été concrétisé. Faire sortir une ville de la terre ne peut se réduire à un alignement d’immeubles d’habitation ou de quelques pavillons aussi beaux soient-ils. Tout l’écosystème qui forme une ville a été négligé: les connexions au réseau du transport en commun, l’école et tout un ensemble de services de proximité. Le résultat, on le connaît: une tromperie sur marchandise, des centaines de ménages pris au piège, auxquels il faut ajouter le coût d’opportunité de l’argent public mal dépensé.
Si cet échec traduit les incohérences et les zones grises qui caractérisent la politique d’urbanisme, il est tout aussi imputable à l’incapacité des différents acteurs à synchroniser leurs actions. Et encore plus à cette maladie chronique du «chacun pour soi» qui mine nos administrations. Lorsque, par exemple, le ministère de l’Habitat décide de lancer son projet à Tamesna, il n’est pas sûr de caler aux priorités de l’Education nationale pour la construction de nouveaux établissements scolaires, ni au planning de la réalisation de la bretelle de l’autoroute. Les ingrédients d’un échec étaient réunis dès le départ.

Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected].com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc