×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
L'Edito

Du gâchis

Par Nadia SALAH| Edition N°:5340 Le 30/08/2018 | Partager
nadia_salah.jpg

Le ministère de l’Intérieur est anonymement monté sur ses grands chevaux pour traiter de «fake news» les écrits et commentaires affirmant que les dernières nominations de cadres s’étaient opérées par copinage.

L’anonymat de cette annonce transmise sans aucune signature connue et autorisée fait automatiquement baisser le crédit que les citoyens auraient pu accorder à cette rectification. C’est la loi du genre.

Il est vraiment étonnant que ce ministère-là ne l’ait pas intégré dans chacun de ses comportements, lui qui, en une quinzaine d’années, est sorti de «l’autorité par la force»,  au profit d’une gestion plus axée sur la mobilisation.

Pourtant, sur la fin du temps de Basri, quand le département était au faîte de «l’autorité par la force», on prenait soin de dresser des communiqués très complets, sur les formations et carrières des responsables nommés. Chacun pouvait alors commenter et échanger ses évaluations. Il ne faut pas avoir peur des mots: c’est ainsi que se construit le consensus qui servira ensuite à avancer ensemble.

Aujourd’hui, tout cela disparaît. Et pas seulement au ministère de l’Intérieur.
Sous mille et un prétextes, la gestion des affaires publiques essaye de tenir les citoyens à distance. Elle y réussit souvent, ce qui donne beaucoup de grain à moudre aux tendances politiques totalitaires, dans leur projet de capter, à leur unique profit, la parole publique.

Autre cas plus pernicieux quand on voit avec quelle désinvolture nous sommes capables de gâcher idées et projets... Dans les premiers jours, l’idée de service militaire pour les jeunes garçons et filles a beaucoup plu.

Mais faute de renouveler les arguments et d’enrichir les idées, les discussions se sont étiolées, laissant la place aux professionnels de la polémique, construisant des discours sur les risques d’injustice, de perversion... Discours d’autant plus crédibles qu’ils sont seuls à occuper le terrain des débats.

Quel gâchis!

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc