×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Double succès

    Par Abashi SHAMAMBA| Edition N°:4972 Le 02/03/2017 | Partager
    abashi_web.jpg

    Les succès économiques et politiques engrangés par le Maroc en Afrique sous le pilotage du Roi sont le résultat d’une stratégie savamment pensée et déployée depuis de nombreuses années. Sans tomber dans le triomphalisme, on peut affirmer que cela confère à Rabat une double initiative.

    Sur le plan économique d’abord, la démarche marocaine, qui a consisté à projeter ses entreprises en Afrique, suscite beaucoup d’admiration. Au Caire comme à Tunis et un peu dans l’improvisation à Alger, on a essayé de la copier. Mais les succès africains du Maroc ne tiennent pas qu’aux éléments identifiables et donc, duplicables. C’est plus dans l’immatériel qu’il faut aller les chercher. Demandez aux grandes compagnies aériennes qui ont tenté d’adopter les recettes des transporteurs low-cost. Aucune n’a jamais réussi.
    Sur le plan diplomatique ensuite, le Maroc a contraint ses adversaires à la défensive. Et c’est sans doute là son succès le plus spectaculaire. Rien à voir avec l’époque où les diplomates algériens triomphaient dans les capitales africaines à coup de pétrodollars.
    A Alger, les autorités sont tout simplement aux abois. Même la presse locale, celle qui n’est pas inféodée aux différents clans au pouvoir en place, le reconnaît: la stratégie dont l’objectif consistait d’isoler le Maroc du reste du continent a fini par se retourner contre l’Algérie. Jamais Rabat et ses entreprises n’ont autant rayonné en Afrique.
    Le retour triomphal dans l’Union africaine et la prochaine adhésion à la Cedeao isolent encore plus Alger. Mais l’animosité envers l’intégrité territoriale du Maroc, elle, ne faiblit pas. Cela n’a rien d’étonnant. L’agressivité du pouvoir algérien envers Rabat est inversement proportionnelle à l’évolution des cours du pétrole.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc