×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Détournés

Par L'Economiste| Edition N°:3181 Le 30/12/2009 | Partager

Les décrets d’application, qui bloquaient la mise en œuvre d’une batterie de lois relatives à la déclaration de patrimoine, sont enfin prêts. Et leur publication au Bulletin officiel est imminente. Après cette étape décisive, la machine qui devra bientôt se mettre en marche semble grippée à l’allumage. Mais pourquoi le gouvernement a attendu tant de temps pour sortir des textes d’application de lois adoptées depuis des années? Pourtant, le chantier n’exige pas de dotations budgétaires mais simplement de la volonté politique. Arrivé à mi-parcours de son mandat, l’exécutif donne l’impression de ne pas maîtriser son agenda ni de tenir ses premières promesses. Aujourd’hui, on est en droit de s’interroger sur la finalité de tout ce temps perdu pour sortir des textes qui rendent inopérante une loi censée moraliser la vie publique et élargir le champ de la transparence. D’ailleurs, même le fait de confier le contrôle et le suivi de ce chantier à la Cour des comptes et ses antennes régionales ne semble pas exempt d’interrogations. Car, déjà, cette institution ne parvient pas à s’en sortir avec les missions qui lui sont dévolues. Qu’a fait la Cour des comptes dans l’affaire du contrôle des dépenses des partis politiques et des candidats pendant la campagne électorale. Chercher à la noyer encore davantage par une attribution supplémentaire peut être interprété comme une volonté de ne pas voir le travail fait à temps. D’autant que les déclarations sont une opération lourde qui concerne des milliers de hauts fonctionnaires, des magistrats, plus de 600 parlementaires… Et dans tout cela, comment crédibiliser le processus, sachant que certains fonctionnaires véreux peuvent saisir cette opportunité de la déclaration de patrimoine pour blanchir les fonds détournés.Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc