×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Connaître

Par Nadia SALAH| Edition N°:5577 Le 23/08/2019 | Partager
nadia_salah.jpg

Il n’y a malheureusement pas (encore?) d’étude précise sur les motifs de l’engouement des jeunes pour le service militaire. C’est très dommage, car on saurait immédiatement quels sont les piliers de ce succès, de cet énorme succès.

Est-ce parce que ces jeunes recrues seront payées? Est-ce parce que l’idée d’être militaire plaît aux garçons? aux filles? Parce que le chômage ravage la jeunesse? Sont-ils au contraire déjà dans le monde du travail? De quelle part pèse l’ambition de servir son pays? Combien d’entre eux, d’entre elles cherchent une vie équilibrée, normée? Est-ce pour échapper aux dérives (larcins, drogues, bagarres…) que produit l’oisiveté? Pour apprendre un métier honorable?  Combien de ces candidats(tes) veulent récupérer ou accroître l’estime de soi et/ou l’estime des autres que crée la vie collective? La famille, les parents seront-ils fiers d’avoir un ou une jeune militaire dans la maison? Feront-ils des selfies avec leur grand enfant en uniforme? Avec le drapeau en toile de fond?

Certains diront que ce sont là des pensées trop sophistiquées pour les rechercher dans les jeunes têtes. Oh que non! Ceux qui le croiraient ont peut-être trop souvent dit à leurs enfants: «tais-toi!».

Ce n’est pas tout.  Il faut connaître les ressorts de ce vaste mouvement. C’est d’autant plus nécessaire que le Souverain vient juste de demander que les grandes affaires du pays soient, elles aussi, intégrées dans les débats publics. Et c’est encore plus important qu’on ne l’imagine puisque l’Ires, l’Institut royal des études stratégiques, cache ses travaux sur le lien social.

L’incroyable engouement, l’assentiment familial qu’il y a derrière, ne sont pas un phénomène anodin, ni univoque. Ce n’est pas une petite onde de surface, mais une vague significative de changements très importants.

Si on veut en profiter pour reconstruire le modèle du Maroc, commençons par connaître ce vaste mouvement d’insertion volontaire.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc