×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Comparaison

Par L'Economiste| Edition N°:834 Le 18/08/2000 | Partager

Un âne et un éléphant. Ce sont les mascottes des partis républicain et démocrate, qui tiennent leur convention ces jours-ci. La vie politique américaine devrait nous inspirer.Bien sûr, la comparaison est hasardeuse entre un pays riche propulsé dans les nouvelles technologies et un pays pauvre, qui déprime et leur tourne le dos. Mais, il vaut mieux se frotter à cette Amérique qui dicte au monde le "politically correct" via l'ONU et l'"economically correct" via la Banque Mondiale.D'abord, tout riches qu'ils sont, les Américains ont deux partis. Et deux programmes. Nous avons une série de partis. Et pas un programme.Ensuite ces partis tiennent des conventions, et à date fixe. Les nôtres ont des "prochains congrès", qui tiennent en otage les remaniements et les rajeunissements des troupes. La politique, pour eux, c'est des ballons, des couleurs, du rire, de la musique, du bonheur, de l'espoir, de la vie. Comprenez que notre jeunesse s'en détourne quand c'est triste, gris, avec de longs discours dormitifs.Leurs partis organisent des votes d'investiture, avec plusieurs candidats. Les nôtres aussi, mais avec un candidat. Mais la démocratie dans nos partis est efficace puisqu'elle n'a jamais donné que des présidents à vie, à longue vie. A côté d'eux, les Américains sont "jeunes": 54 ans pour Georges Bush, 52 ans pour Al Gore.Ce dernier fut Monsieur Autoroutes de l'Information; il a donné l'impulsion politique pour que l'Amérique trouve un secteur tracteur pour une nouvelle croissance. Nos politiques aussi parlent d'Internet, et beaucoup. Combien l'ont utilisé, une fois?Il y a aussi l'argent qui circule aux élections américaines, mais pas dans le "bon" sens. Ce sont les électeurs qui en donnent aux candidats, pour qu'ils défendent leurs intérêts.Si tout cela inspire nos partis, ils peuvent commencer par adopter des mascottes, telles l'escargot, la tortue, le lézard... ou l'autruche réputée pour sa politique.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc