×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Charité

Par L'Economiste| Edition N°:1677 Le 06/01/2004 | Partager

L'enquête sur l'état sanitaire d'une partie des snacks de Casablanca doit servir de leçon. D'abord, il faut savoir que ces restaurants sont appelés à se développer et se multiplier, autant à cause de l'extension de la capitale économique que parce qu'ils servent les consommateurs moyens et les petites bourses. Ce sont ces restaurants qui se développent le plus vite, car ils sont un véritable service public. Or, on ne s'en est guère occupé, comme le démontre l'enquête. Les McDo, Pizza Hut…. qui ont des normes de marques plus élevées que les normes marocaines, disent recevoir régulièrement la visite des inspecteurs. Pour les autres, les inspections ont l'air moins assidues, alors que justement, elles devraient l'être davantage.Dans ce domaine, nous continuons le plus souvent à raisonner à l'envers. Parce que ce sont des gérants modestes, d'établissements modestes, nous pensons qu'il faut les laisser tranquilles. Nous nous disons aussi qu'exiger d'eux plus, ce serait renchérir leurs produits, donc en priver des pauvres qui n'ont pas les moyens de rentrer chez eux à midi. Nous nous disons aussi que ces restaurateurs-là sont peut-être analphabètes et ne savent pas ce qu'est l'hygiène. Ce sont des raisonnements de bourgeois aisés qui savent bien qu'ils n'auront jamais à manger les soupes de ces gargotes. Qu'en est-il réellement? Les premières victimes du manque d'hygiène sont des gens modestes ou pauvres, ceux-là mêmes pour qui manquer une journée de travail sera une catastrophe financière. Pour apprendre les règles de base de l'hygiène, pas besoin d'avoir le bac. En revanche, il faut de la persévérance, de la sévérité et avoir la certitude d'être sanctionné en cas de manquement. La vraie charité, c'est celle qui fait progresser tout le monde, pas celle qui ignore la réalité et méprise les gens en les tenant pour incapables de progresser. Cette charité-là, ignorante et méprisante, ne crée que de la pauvreté supplémentaire.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc