×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Casting

Par L'Economiste| Edition N°:2469 Le 21/02/2007 | Partager

Le sort de la deuxième tranche de la cession des terres de Sodea et Sogeta au privé sera scellé demain au cours d’une grande réunion présidée par le Premier ministre. Driss Jettou veut entourer cette opération de plus de transparence et de davantage de professionnalisme que la première. D’ailleurs, une circulaire définissant les modalités de cette cession a été publiée, il y a trois semaines. Elle introduit de la souplesse puisqu’elle prévoit la cession de gré à gré pour des projets dont les montants sont jugés importants. Un an et demi après la première tranche, l’heure est au bilan. Officiellement, il est positif, mais cette autosatisfaction n’est pas bonne conseillère. L’opération exige en effet une véritable évaluation comme dans une entreprise, avec ses pertes et profits. Autrement dit, une bonne dose de lucidité et de bonne gouvernance pour une opération d’une telle envergure; L’objectif étant de relever les points forts mais surtout les faiblesses. Comme celles concernant le peu de cas accordé aux investisseurs étrangers, et cela en dépit des annonces officielles de leur ouvrir le secteur de l’agro-industrie. Ou encore les fermes non affectées pour absence de candidats. A l’origine de cette situation, le déficit de communication mais aussi les conditions d’octroi, puisque deux sociétés cotées en Bourse ont vu leur dossier rejeté pour manque de pièces.  Sur la liste également, des erreurs de casting avec des terres cédées à des personnes n’ayant aucun lien avec l’agriculture et ses enjeux. Dans cette opération, on a loué pour devenir propriétaire longue durée. D’ailleurs, la terre a toujours été une fascination pour les Marocains.Aussi, faut-il pour cette deuxième manche mettre en place des paramètres plus sérieux et plus professionnels. Le gouvernement en a conscience. Et le marché intérieur grandement besoin.Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc