×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Casseroles

    Par L'Economiste| Edition N°:3244 Le 31/03/2010 | Partager

    ON n’est jamais mieux servi que par soi-même... Le dernier rapport de la Cour des comptes permet de mesurer comment certains hauts fonctionnaires ont «en estime» les responsabilités qui leur sont confiées, la collectivité à laquelle ils sont censés être au service. Conflits d’intérêts, marchés douteux, dépenses de fonctionnement exagérées... Une gabegie dont l’opinion publique soupçonnait sans doute l’existence mais pas de cette ampleur. Les établissements publics, dont ces hauts fonctionnaires se sont vu confier la bonne marche, sont gérés comme s’il s’agissait de leur propriété privée et comme s’ils s’étaient arrogé au passage le droit de percevoir des dîmes. Le citoyen lambda est bien entendu choqué, horrifié de découvrir que par exemple à la Sonaba, à Agadir, l’ancien directeur, avec sans doute aussi des «copains et des coquins», était le premier à se servir généreusement dans une assiette foncière publique (deux lots de villas rien que pour Mr le directeur!). Ou encore à l’ONDA où les magistrats ont découvert des ventes de lots de villas à «soi-même». A des prix défiant toute concurrence. C’est-à-dire ici à 480 DH et là à 286 DH le mètre carré. Tandis que lui, le citoyen lambda, est peut-être endetté jusqu’au cou pour son crédit immobilier. Sans oublier les abus de marchés par entente directe, régulièrement suspects pour les entreprises. C’est là où le travail de la Cour des comptes est méritoire car il permet de mettre de la lumière sur ces dérives. Et ce n’est jamais agréable pour ces établissements publics de se sentir observés, surtout lorsqu’ils ont des choses à se reprocher.Le plus gros défi sera que les dysfonctionnements avérés puissent aboutir à des sanctions, des poursuites judiciaires. La balle est dans le camp du gouvernement. Tous les fonctionnaires doivent rendre des comptes sur leurs casseroles.Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc