×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Cancun

Par L'Economiste| Edition N°:1603 Le 17/09/2003 | Partager

A moins d'être irresponsable, personne ne peut se réjouir de l'échec de Cancun. Mais il y a du nouveau derrière cet échec, en particulier le grand “ras-le-bol” des pays pauvres, non pas contre la globalisation, mais contre les tergiversations des plus riches quand ils ne veulent pas lever les entraves au commerce libre et loyal.Rien n'a été obtenu sur les réductions de subventions agricoles qui génèrent un faux commerce mondial sur les denrées de base. Aussi, valeur aujourd'hui, un pays comme le Maroc ne sait pas dans quelle mesure il doit s'attendre à voir diminuer les productions vivrières de céréales. Cancun est plus près de nos champs, bien ou mal cultivés, qu'on ne le croit. Ce n'est pas très important pour le marché des céréales lui-même, mais c'est primordial pour d'autres politiques: à quel niveau doit-on attendre en ville l'afflux de l'exode rural, deux millions de personnes ou sept millions? En trois ans ou en douze ans? Ce cas n'est qu'une conséquence lointaine des subventions versées aux Etats-Unis et en Europe, mais elle est colossale. Plus grave, la conséquence n'est pas matérielle ou financière, elle est humaine.Avoir un calendrier est donc vital. Ce n'est évidemment pas la même politique qu'il faudra appliquer selon la combinaison de ces hypothèses, et ce ne sont pas des stratégies qui se construisent à la dernière minute. Dans ce domaine, on ne parle pas de sacs de grains qu'il n'est pas bien compliqué de déplacer, de vendre ou d'acheter. Il est question d'hommes, de femmes, d'enfants qui vont subir des chocs culturels, sociaux et psychologiques sans précédent. Le GATT et encore plus l'OMC, née à Marrakech, ont été conçus pour donner à l'humanité des règles commerciales loyales, prévisibles et applicables à tout le monde. C'était en pensant, justement, que derrière les sacs de grains, il y a surtout des êtres humains.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc