×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Campagne

Par L'Economiste| Edition N°:2352 Le 01/09/2006 | Partager

La rentrée aura sans aucun doute un arrière-goût politique. Celui du scrutin du 8 septembre, mais surtout celui des préparatifs pour les grandes législatives 2007. En plus d’être décisifs pour l’avenir du pays, ces rendez-vous ont le mérite de… réactiver le champ politique, souvent après une longue hibernation. Or, il faut bien le reconnaître, s’il y a une question qui est éludée en ces échéances, c’est bien celle des contenus des programmes. Lesquels, la plupart du temps, restent des images d’Epinal. On promet, on promet mais sans suite. Ou alors l’on prend les programmes d’il y a 5 ans, on les remet au goût du jour. Réflexes normaux pour des partis qui vivent en vase clos, déconnectés des attentes de l’électorat. Les rares espaces de dialogue sont improvisés à la dernière minute et l’urgence relègue alors l’essentiel. Au passage, c’est toute la crédibilité du discours électoral qui en prend un coup. Quel est aujourd’hui le parti qui est en mesure de proposer un véritable projet de réforme sociétal, qui l’a réellement débattu?Personne n’a refusé une bonne idée pour relancer la croissance, résorber les déficits publics, le chômage. Une bonne partie de l’électorat serait, par exemple, curieuse de connaître ce que les pontes du PJD pourraient préparer pour les dossiers privatisation, tourisme; quelle place va occuper la culture; quels arbitrages entre dépenses d’investissement et de fonctionnement? Et puis quelques bonnes idées pour asseoir la croissance ne seraient pas de refus non plus. Les réponses à ces questions interpellent ceux qui briguent des postes et de hautes fonctions au sein de l’Etat. Et si l’on imaginait un système pour lutter contre la démagogie des discours, et le populisme des promesses? Là, et contrairement à l’achat de voix, il y aura moins de difficultés à réunir les preuves! Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc