×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Calme

Par L'Economiste| Edition N°:1258 Le 29/04/2002 | Partager

Conseil de la CNSS calme, avant un 1er Mai qui s'annonce calme. C'est rassurant; on se croirait dans un pays de grand confort social. Bien sûr tout le monde se réjouit que la CNSS soit mise sur la bonne voie, par la gestion tripartite Etat-patronat-syndicat. Et tout le monde appréciera après-demain la maîtrise de nos défilés syndicaux. Ainsi, le système de relations sociales tourne, comme la Caisse, son principal instrument. C'est heureux!Mais, que représente ce “social” dans le pays? La Caisse, c'est un petit million de cotisants dont la moitié à temps partiel; une petite base pour un taux de syndicalisation faible, puisque tenu secret. L'emploi organisé et bien payé ne se développe pas, et les Caisses sociales et les syndicats dont il est la base, non plus. L'essentiel des emplois reste précaire, non déclaré, dans des activités de commerce ou d'artisanat tout aussi précaires. Ceux qui les occupent se considèrent souvent comme chômeurs, une autre grande masse de la population. Ils sont exclus de la protection de cette CNSS qui se redresse, et du syndicalisme.Tous ne seront pas marqués par ce dernier 1er Mai d'un gouvernement dit de l'Alternance, politiquement historique, socialement sans souvenir. Ce jour aurait dû fêter un grand bilan social, avec une explosion de l'offre d'emploi, la chasse au travail au noir, de la généralisation de l'assurance-maladie, un code du travail qui en finisse avec les lois du Protectorat…A ces exclus, plus nombreux que tous les fonctionnaires et les salariés du privé, le triumvirat Etat-patronat-syndicat devrait aussi accorder de l'intérêt, pour élargir le champ du social, et pour que, eux aussi, gardent leur calme.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc