×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Brillant résultat

Par L'Economiste| Edition N°:2365 Le 20/09/2006 | Partager

Qui n’a pas vu des pyramides de bombonnes de gaz butane auprès des puits dans les plus riches zones agricoles? Il arrive même que le mécanisme éolien, lequel avait parfois été subventionné par l’Etat, soit arrêté. Le propriétaire préfère les bombonnes de gaz butane à l’entretien de son éolienne! Cela, c’est ce que chacun peut voir de ses propres yeux, et il y a ce qui ne se voit pas et qui pourtant existe aussi. Combien d’ateliers, petits ou grands, se sont reconvertis au butane? Le butane est une énergie domestique par excellence, mais, par le miracle des subventions, il est devenu une énergie industrielle.Le ministère des Finances est très fâché contre ces reconversions qu’il qualifie de «détournements de subventions». Oualalou a raison, ce sont bien des détournements: l’argent des contribuables destiné à aider les pauvres est capté par ceux qui en font un usage professionnel, de préférence à des énergies renouvelables. En fait, il y a un abus de langage et un mensonge politique: il est inexact de dire que la subvention aide les pauvres. Elle aide les pauvres et les riches, les riches plus que les pauvres! C’est bien connu: il y a quarante ans que cela dure, mais personne n’y a jamais rien fait. Ce n’est pas maintenant que cela va changer. Revenons donc à notre «butane industriel».Aujourd’hui, le différentiel de prix entre lui et les autres énergies est devenu très important. Il est si important que le choix se porte presque automatiquement sur lui, quel que soit l’usage que l’on veut en faire: la seule question est technique: le branchement… que l’on bricolera pour une poignée de dirhams. Tant pis pour le danger. Pendant ce temps, le Maroc, pays de vents et de soleil, pays très en avance en matière de crédits-carbone…, néglige ses propres opportunités et ses compétences pour consommer de l’énergie fossile importée à grands frais. Mieux encore, le Maroc dépense beaucoup d’argent public, des milliards de DH, pour obtenir ce brillant résultat!!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    red[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc