×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Boulimie

    Par L'Economiste| Edition N°:2561 Le 03/07/2007 | Partager

    Pas une minute à perdre. Le patronat marocain n’a jamais été aussi boulimique d’opérations VRP. La mission sur Paris à peine consommée, et le voilà qui repart à Barcelone. L’opération espagnole bouclée, direction Dakar. Il y a eu aussi les missions algériennes, italiennes, chinoises,… il est encore tôt pour mesurer les retombées de ces opérations de promotion du produit Maroc. La CGEM aura néanmoins réussi à marquer son territoire sous le mandat Elalamy. Rendez-vous est pris cette semaine pour une nouvelle rencontre avec le Medef dont le patronat marocain n’a jamais été aussi proche. Les réseaux maroco-français des affaires marchent bien. A la faveur du travail de la Confédération et des synergies avec le groupe d’impulsion économique. Il faut capitaliser sur ces acquis. Toujours ce travail de pédagogie à double objectif. D’abord pour expliquer que le Maroc a incontestablement des atouts à faire valoir en dehors de ses secteurs traditionnels que sont l’agroalimentaire ou le textile et que la captation d’investissements n’est pas un concours de circonstances. L’engouement pour les projets de sous-traitance automobile ou aéronautique est là pour en témoigner. Ensuite pour tenter de dépassionner le débat sur les délocalisations et les menaces des pays à bas salaires. Question sensible en France, mais en réalité un vrai-faux problème. Le plus dur c’est de battre en brèche quelques idées reçues. Comme d’admettre que ce n’est pas la délocalisation qui conditionne la capacité d’un pays à faire face à la compétition. Certes, dire aux employés d’Axa que la destruction d’emplois en France s’accompagnera de la création d’autres sur un autre site ne le consolera pas pour autant. Mais il faut aujourd’hui réaliser que la mondialisation a profité à tout le monde. A la France comme à d’autres pays. Il faut néanmoins en accepter les règles du jeu. Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc