×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Audace

Par L'Economiste| Edition N°:3105 Le 10/09/2009 | Partager

La plupart des quartiers de nos villes souffrent de manque d’équipements collectifs les plus rudimentaires. Dispensaires, maison de jeunes, espaces verts… ne sont que sur les plans d’aménagement. Au fil des temps, les superficies destinées à accueillir ces équipements publics sont devenues des terrains vagues pour les poubelles et toutes sortes de détritus. D’autres ont changé de destination en cours de route. Déjà, nos villes sont sous-équipées. Pis, les équipements programmés ne voient le jour qu’à des proportions insignifiantes: 5% à Berkane, 8% à Oujda et 17% à Casablanca. Dans ce domaine, les collectivités locales assument une grande part de responsabilité. C’est leur immobilisme et le laisser-aller qui poussent nos jeunes à jouer le football au milieu des chaussées des rues tard le soir. Les ministères dont les délégués se bagarrent dans les régions afin de réserver des lots pour des équipements publics ne sont pas exempts de critiques. C’est ce qu’ils appellent la planification alors qu’ils ne mettent pas en œuvre leurs projets. Le dossier des équipements publics doit être sérieusement repensé. Une synergie dans la réalisation de ces ouvrages est impérative. Chaque département qui réalise son équipement dans son coin est une logique dépassée. Compte tenu de la modicité des moyens, la tendance à venir doit aller vers des équipements intégrés. Un même espace peut accueillir une maison de jeunes, un centre de santé… Avec cette nouvelle approche, un management différent et dynamique s’impose. Mais cela nécessite une bonne dose d’audace pour concevoir l’ouverture aux associations des jeunes la partie équipements sportifs des lycées les week-ends ou pendant les vacances. Pourquoi restent-ils fermés? Il est temps de convertir certains équipements en espaces pour l’encadrement des jeunes.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc