×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    X et Y, les deux inconnus de l'équation du sexe déterminés

    Par L'Economiste | Edition N°:633 Le 08/11/1999 | Partager


    · La différentiation des sexes s'est opérée il y a 300 millions d'années, selon une étude récente
    · La divergence des chromosomes X et Y se serait déroulée en quatre étapes bien distinctes


    Si pour les crocodiles et les tortues la différentiation des sexes est tributaire de la température et donc du hasard, chez l'Homme le sort de l'individu est scellé dès le premier contact de l'ovule avec le spermatozoïde, le sexe étant déterminé par la combinaison de deux chromosomes sexuels X et Y. Mais était-ce toujours ainsi?
    Selon une étude récente, menée par David Page du Whitehead Institute for Biomedical Research (Cambridge) et Bruce Lane de l'Université de Chicago, la réponse est négative. Ces deux "archéologues" de la génétique ont pu dater la divergence des chromosomes X et Y à partir d'autosomes (chromosomes normaux non sexuels) à plus de 300 millions d'années. En outre, cette transition se serait déroulée, non pas graduellement, mais plutôt en quatre étapes bien distinctes.
    Sur les quarante six chromosomes humains, quarante quatre autosomes sont regroupés en paires identiques à l'exception des deux derniers X et Y qui déterminent le sexe. Ainsi, deux X donnent un individu de sexe féminin, alors qu'un foetus mâle est issu de la combinaison des deux chromosomes X et Y. La fonction de ces deux chromosomes est depuis longtemps parfaitement définie, mais leur origine demeure énigmatique.

    Comme des strates géologiques dans la pierre


    Le X abrite des milliers de gènes, comme tout chromosome normal. Mais le Y n'en compte que quelques douzaines.
    Au total, X et Y n'ont que 19 gènes en commun. Ces derniers sont dispersés au hasard dans la structure du chromosome Y. Mais ils sont réunis en quatre groupes distincts sur le X, un peu à la manière de strates géologiques dans la pierre.
    C'est en étudiant ces "strates" chez différentes espèces animales que les chercheurs sont parvenus à reconstituer l'évolution du couple X-Y. La première strate serait apparue il y a 240 à 320 millions d'années, à l'époque où les ancêtres des mammifères se séparaient de ceux des oiseaux.
    La seconde remonte entre 130 à 170 millions d'années. La troisième date de 80 à 130 millions d'années, à l'époque où les marsupiaux se sont détachés des autres mammifères. Enfin, la quatrième strate s'est différenciée il y a 30 à 50 millions d'années, à l'époque où nos aïeuls se sont séparés des ancêtres des lémuriens (sous-ordre des mammifères primates, comprenant des formes arboricoles et frugivores).
    "Ces paires de gènes modernes sont en fait des fossiles vivants, des traces de l'identité qui existait entre les chromosomes sexuelsancestraux", explique David Page, l'un des chercheurs.

    Abdelaziz MEFTAH
    (Cyberscience, Info Science)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc