Entreprises

Un Marjane à Twin Center

Par L'Economiste | Edition N°:340 Le 23/07/1998 | Partager

Un troisième Marjane à Casablanca en décembre 1998 et un quatrième d'ici l'an 2000. L'ONA veut faire de la grande distribution un métier de base


La chaîne Marjane s'étoffe. Une troisième surface ouvrira ses portes fin 1998 à Twin Center(1). Moins grand que les deux Marjane existants, le supermarché occupera près de 1.700 m2 de surface de vente, soit le tiers de celle du magasin de Rabat. "C'est tout de même une surface significative pour un centre commercial, indique M. Alain Baron, directeur général de Cofarma, la holding chargée du Pôle Distribution du Groupe ONA. Evidemment, ce supermarché ne pourra couvrir tous les départements. Seuls les produits grande consommation y seront présents" La chaîne veut se rapprocher de la clientèle du centre-ville parce que le magasin "Bouskoura est très loin", dit-il.
"Nous allons faire de ce magasin un site-pilote pour observer ce type de marché au centre-ville. En fonction de son évolution, nous pourrons le généraliser à d'autres villes", explique M. Baron.
L'investissement global pour le 3ème Marjane est beaucoup moins important, indique M. Baron sans donner plus de détails. L'aménagement intérieur est de 15 millions de DH. Marjane Twin Center emploiera près de 80 personnes et sera géré à l'instar des autres magasins d'une manière décentralisée.

Dans son plan de développement, la holding prévoit l'ouverture d'un autre Marjane à Rabat au début de l'an 2000. Le projet est déjà bien avancé et les travaux de terrassement démarreront à la fin de cet été. Le deuxième Marjane de Rabat occupera une surface de 7 hectares (centre commercial et magasin). L'investissement projeté est de l'ordre de 260 millions de DH (terrain compris) financé par fonds propres et emprunt.
A moyen terme, Cofarma compte étendre sa couverture à d'autres villes comme Marrakech, Agadir et Fès. En effet, l'ONA souhaite asseoir la distribution en tant qu'axe stratégique et en faire l'un des métiers de base du Groupe. "L'ONA est opérateur et souhaite le rester. Le Groupe préfère pour l'heure détenir 100% de cette affaire", souligne M. Baron, infirmant ainsi les rumeurs, selon lesquelles son partenaire français Continent s'apprête à entrer dans le capital de Cofarma. "Nous avons conclu il y a 4 ans un accord de partenariat avec Promodès (Continent). Le contrat n'exclut pas la possibilité d'une participation de Promodès au capital si les deux parties se mettent d'accord".
Promodès apporte à Cofarma un savoir-faire technico-commercial et aussi la possibilité d'utiliser ses centrales d'achat (française et espagnole). Cofarma demeure le premier franchisé de Promodès au Maghreb. "Une sorte de plate-forme pour mieux pénétrer cette région".

Carte Alfaïz


Pour M. Baron, le marché marocain est petit. Il ne pourra absorber au mieux que huit hypermarchés et ce, même si les habitudes de consommation ont évolué. En effet, grâce au gain de temps qu'offre le concept de libre-service, les consommateurs, toutes catégories confondues, y ont adhéré
A titre d'exemple, en 1997 les Marjane de Casa et Rabat ont drainé près de 4 millions de clients tickets. "Il apparaît manifestement que ce type d"espace d'achat correspond aux besoins des consommateurs», avance le directeur général de Cofarma. D'ailleurs, pour une meilleure fidélisation de la clientèle et connaissance de ses besoins, la chaîne d'hypermarchés Marjane a lancé le 30 janvier dernier, en partenariat avec Attijari Cetelem, la première carte privative Alfaïz(2). Exclusive aux hypermarchés Marjane, Alfaïz permet à son détenteur de disposer d'une réserve allant de 5.000 à 50.000 pour payer ses achats sans montant minimum. Les abonnés bénéficient également de services exclusifs et personnalisés: gain de temps avec des caisses de paiement réservées aux porteurs de la carte, relevé mensuel détaillé ainsi que la garantie contre perte et vol, indiquent les responsables de Marjane.
Six mois après l'introduction de la carte Alfaïz, la chaîne des hypermarchés a réussi à drainer 1.500 abonnés, soit près de 2% du chiffre d'affaires. Les deux magasins Marjane Rabat et Casablanca, âgés respectivement de 7 et 4 ans, ont atteint un chiffre d'affaires de près de 850 millions de DH, soit 10% d'augmentation par rapport à 1996.

Badra BERRISSOULE

(1) Voir aussi notre Spécial Bâtiment en page XXXIV.
(2) Cf L'Economiste n° 314.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc