×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    UE: L'Otan approuve la création d'une structure de sécurité et de défense commune

    Par L'Economiste | Edition N°:664 Le 21/12/1999 | Partager

    De notre envoyée spéciale à Bruxelles, Nadia Belkhayat

    · Cette entité est baptisée "Identité Européenne de Sécurité et de Défense"

    · Les trois points-clés nécessaires à sa réussite, selon le secrétaire général de l'Otan


    LES ministres des Affaires Etrangères de l'Otan (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) se sont réunis le 15 décembre au siège de l'Alliance à Bruxelles. Ils ont rappelé les réalisations de l'Organisation au cours de l'année 1999 et fixé leurs objectifs pour les prochaines années. Dans le cadre de ses nouvelles orientations, l'Otan a réaffirmé son souhait de s'ouvrir davantage aux pays de l'Europe du Sud-Est, à la Russie et à l'Ukraine.
    Rappelons que l'Organisation a lancé plusieurs initiatives visant à renforcer sa coopération avec ces pays. Ils s'agit notamment du "Partenariat pour la paix", "l'Initiative sur l'Europe du Sud-Est", "Le conseil permanent Otan-Russie" et la "Charte Otan-Ukraine". Trois pays de la région ont d'ailleurs adhéré à l'Alliance au cours de 1999 (la Hongrie, la République Tchèque et la Pologne).
    L'Otan s'est engagée à cet égard à fournir aux candidats à l'adhésion l'aide et les informations nécessaires à leur préparation.
    Par ailleurs, la décision prise par l'Union Européenne de se doter d'une structure de sécurité et de défense commune a été approuvée par l'Otan. Cette entité appelée "Identité Européenne de Sécurité et de Défense" (IESD) vise à améliorer les capacités militaires européennes. La contribution des membres européens de l'Otan, non membres de l'Union Européenne, y sera importante, indique M. Jaine Gama, ministre d'Etat et des Affaires Etrangères du Portugal (dont la présidence de l'Union entrera en vigueur le 1er janvier 2000).

    M. Jaine a également souligné l'importance de l'objectif défini par le Conseil Européen de développer à l'horizon 2003 d'une force militaire constituée de 50.000 à 60.000 personnes, qui seront en mesure de se déployer rapidement dans toute région du monde qui pourrait menacer la stabilité de l'Europe. Le secrétaire général de l'Otan, Goerge Robertson, a pour sa part énoncé les trois points-clés qui, selon lui, sont nécessaires à la réussite de l'IESD.
    Il s'agit de "l'amélioration des capacités militaires européennes, l'inclusion de tous les alliés non membres de l'UE dans les efforts communs et l'indivisibilité dans le lien transatlantique".
    Les ministres des Affaires Etrangères notent dans leur communiqué final que "ce processus devra éviter d'inutiles doubles emplois, profiter de l'expérience de l'Otan en la matière et éviter de créer inutilement une armée européenne". Pour ce qui est du conflit en Tchétchénie, les ministres ont fait part de leurs préoccupations en ce qui concerne les victimes civiles et les souffrances des personnes déplacées. Ils n'envisagent pourtant aucune intervention militaire pour l'instant et privilégient les méthodes de dialogue et la persuasion avec la Russie.
    "Nous reconnaissons le droit de la Russie à préserver son intégrité territoriale et à protéger les citoyens contre le terrorisme et l'anarchie. Nous condamnons le terrorisme sous toutes ses manifestations mais estimons qu'en recherchant une solution purement militaire au conflit, la Russie dessert ses intérêts légitimes". Les ministres ont également abordé le dossier du "Dialogue sur la Méditerranée". "La dernière série de consultations politiques tenues en octobre et en novembre avec les six pays participant à ce dialogue a offert l'occasion de procéder à des échanges de vues sur la mise en oeuvre et le développement futur du dialogue, y compris le programme de travail 2000. Nous constatons que nos partenaires méditerranéens sont désireux de développer ce dialogue".
    Ils encouragent ces six pays (dont fait partie le Maroc) à organiser des rencontres dans leurs pays respectifs, qui pourraient "constituer des étapes positives pour le développement de la compréhension mutuelle au niveau régional".


    Bug 2000: L'Otan prête à passer le cap


    L'OTAN est certaine d'être tout à fait prête à relever le défi du passage à l'an 2000. Elle sera en mesure d'accomplir toutes ses missions essentielles, notamment ses tâches de maintien de la paix dans les Balkans, dans les jours et les semaines qui suivront, sans être gênée par des pannes ou des défaillances techniques dues au bug de l'an 2000. Les services de l'Otan se sont employés "activement" à mettre en oeuvre les mesures correctives nécessaires et à établir des plans d'urgence afin de garantir que le siège de l'Organisation à Bruxelles, ses grands commandements militaires -Le Shape à Mons (Belgique) et le Saclant à Norfolk (Virginie, Etats-Unis)-, leurs commandements subordonnés et les autres agences de l'Otan pourront continuer à remplir normalement toutes leurs fonctions pendant cette période.
    L'Otan s'est attaquée au problème dès 1998: elle a créé, sous la présidence du secrétaire général-adjoint pour le soutien de la défense, une équipe de projet intégrée à laquelle le personnel du siège de l'Organisation, du Shape, du Saclant et de nombreuses autres agences de l'Otan apporte une aide capitale.
    L'Otan possède plus de trente systèmes civils et militaires jugés essentiels pour sa mission, notamment des systèmes de consultation, de commandement et de contrôle. Des mesures correctives et d'urgence ont été prises pour tous ces systèmes afin que l'Organisation puisse franchir le tournant du siècle et poursuivre sans difficulté ses missions essentielles.

    (Source: Otan)

    Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc