×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Timitar: Julian Marley en ouverture

Par L'Economiste | Edition N°:3313 Le 06/07/2010 | Partager

. La fête démarre ce mercredi pour se clôturer le 10 juillet. Tous les artistes annoncés ont confirmé Agadir, le chef-lieu du Souss, s’apprête à vivre quatre jours de musique à fond les décibels. Du 7 au 10 juillet, c’est la septième édition du festival Timitar. Ainsi, le coup d’envoi de la manifestation sera donné ce mercredi. Pour le Souss, l’événement est encore une fois de taille. C’est l’occasion pour la région du Souss-Massa-Drâa de focaliser toute l’attention du pays sur la région. Et il n’est pas question de rater le coche. Toutes les composantes de la ville ont mis la main à la pâte. De fait, les préparatifs notamment les derniers travaux d’installation des scènes et du matériel sur les lieux des spectacles vont bon train. Sur la place Al Amal, la scène montée n’attend plus que les artistes. Encore une fois les organisateurs mettent le paquet pour réussir la manifestation, qui accueillera plus de 600 artistes pour pas moins de 32 concerts. Ce sont 11 millions de DH qui sont consacrés à l’événement cette année. Pour les initiateurs de la rencontre, ce budget se justifie pleinement en raison de l’impact sur la station balnéaire, notamment en termes de valorisation de la destination. Ceci sans compter que le festival réussit une véritable intégration sociale et culturelle au sein de la cité, car tous les soirs ce sont pas moins de 5.000 personnes qui sont dans la rue. En effet, les spectacles en raison de leur gratuité créent une véritable mixité sociale. Sur le plan économique, l’événement génère également des retombées et pas seulement sur Agadir mais aussi sur d’autres villes à travers des entreprises participantes à la réalisation de l’événement. Car celui-ci nécessite pour son montage des dépenses directes concernant de nombreux secteurs, à savoir, entre autres, la communication, l’informatique, le gardiennage et la sécurité, sans oublier l’imprimerie, les techniques de sonorisation et d’éclairage, locations de parcs de matériels. L’impact économique se prolonge aussi par ce que l’on peut appeler les dépenses induites du festival. C’est-à-dire impôts, taxes et cotisations. Et qui dit manifestation, dit aussi hébergement et activités touristiques. Pour l’heure, les organisateurs accueillent les premiers artistes à l’affiche. «Pas de souci à se faire pour la programmation. Tous les artistes annoncés lors de la conférence de presse, en juin dernier, ont confirmé», assure d’emblée Brahim El Mazned, directeur artistique du festival Timitar. C’est Julian Marley, le fils de feu Bob Marley qui ouvrira le bal. Les amoureux du reggae seront ainsi servis dès le coup d’envoi de la manifestation. De fait il y en aura pour tous les goûts d’une scène à une autre et d’un jour à l’autre pendant toute la durée de la manifestation.Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc