×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Tanger: Les chantiers qui attendent le nouveau maire

Par L'Economiste | Edition N°:3056 Le 29/06/2009 | Partager

. Tourisme, industrie, mise à niveau urbaine…. … Et aussi reconversion du port C’EST une pile de dossiers en instance assez fournie que doit avoir trouvée le tout nouveau maire de Tanger, Samir Abdelmoula, lors de son entrée en service la semaine dernière. La ville de Tanger se retrouve à un tournant de son histoire. D’une capitale de province au passé glorieux mais dont il ne reste que des images, Tanger, la gardienne du détroit, a réussi à négocier le virage et se positionner comme une ville moderne. Il s’agit donc pour Samir Abdelmoula et son équipe d’abord de consolider les acquis des cinq dernières années. Il s’agira aussi de relever les défis qui sont ceux du point le plus proche de l’Europe à partir du Maroc. La ville de Tanger est tournée vers l’Europe. Ses deux activités principales, le tourisme et les activités portuaires, y sont intimement liées. L’actuel port de Tanger constitue le point névralgique de la ville et son réaménagement est l’un des chantiers les plus importants de la décennie qui s’annonce. Abdelmoula n’y est pas étranger, car il préside aux destinées de l’une des principales compagnies de navigation du détroit, la Comarit. Le réaménagement du port devrait en effet permettre à la ville de pallier le manque à gagner qu’engendrera le transfert de l’activité passagers vers le futur port roulier de TangerMed. Le tourisme est aussi un secteur dans lequel la mairie devra faire ses preuves. Les opérateurs se plaignent de l’apathie des Conseils élus, et en particulier du Conseil de la ville en ce qui concerne leur secteur. Les opérateurs, qui participent au budget à travers la taxe de séjour, n’ont jamais reçu la moindre aide de la part de la mairie. Mais leur rêve reste la mise en place d’un palais des congrès. L’équipe sortante avait lancé un appel d’offres pour une étude de faisabilité, mais il s’est avéré infructueux. Un terrain de 6.000 mètres carrés avait même été identifié. Seulement, les formalités et procédures traînent et les opérateurs, qui voient dans cette structure une bouée de sauvetage, commencent à perdre patience. Un autre point, non moins important, est l’animation de la plage de Tanger. Cette dernière a beaucoup gagné avec la mise à niveau de sa corniche, mais il reste à en profiter commercialement en installant une animation dédiée aux touristes avec de véritables équipements balnéaires. Sur un autre registre, il s’agit aussi de faire bénéficier la ville du méga-complexe portuaire TangerMed. Jusqu’à présent, les seules retombées directes ont concerné le foncier qui a connu un renchérissement notoire en ville et dans la proche banlieue ainsi que la création d’emplois non qualifiés. La ville devrait en effet pouvoir en profiter et non pas en subir les conséquences. Les programmes d’urbanisation devraient être mieux cernés avec une vision future, une vision qui semble manquer jusqu’à maintenant à la mairie. La ville a, certes, déjà connu le lancement de plusieurs programmes de mises à niveau. Depuis 2005 ce sont près de 5 milliards de DH qui ont été consentis dans ce sens à travers deux contrats-programmes. Aujourd’hui, il s’agit pour la mairie de veiller à maintenir les acquis tout en essayant de faire bénéficier les quartiers périphériques, les grands oubliés, de cette dynamique.De notre correspondant, Ali ABJIOU

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc