×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Sahara: L’option «autonomie» se précise

    Par L'Economiste | Edition N°:2417 Le 07/12/2006 | Partager

    . Le Corcas dévoile les premiers contours. Le projet d’autonomie remis au Souverain mardiKHALLI Hanna Ould Er-Rachid pourrait être l’homme qui va révolutionner le dossier Sahara. On savait que la nomination du personnage à la tête du Corcas était l’une des meilleure cartes que le Maroc ait jouées au cours de ces dernières années. Beaucoup d’éloquence, de l’assurance, de la crédibilité auprès des notables du Sahara et surtout une maîtrise des enjeux du dossier. Au cours de sa dernière sortie hier à l’occasion d’une conférence de presse, Ould Er-Rachid a confirmé tout le bien que la communauté politique pensait de lui. L’annonce d’ailleurs du projet d’autonomie pour les provinces du Sud, remis mardi au Souverain a eu l’effet d’une bombe. Pas beaucoup de détails pour l’heure. En revanche, les premières indiscrétions confirment bel et bien l’option vers laquelle se dirige le Maroc. Il est question d’un gouvernement et d’un Parlement autonomes avec une autorité judiciaire. Ce dispositif sera complété par des instances d’arbitrage, en cas de conflits. Ces nouveautés nécessitent au préalable une révision constitutionnelle. Incontestablement, le projet du Corcas va plus loin que les offres des partis politiques, limitées à des variantes de la régionalisation. Sur ce chapitre, le président du Corcas a été catégorique: «la proposition du Corcas n’est pas une régionalisation ni une décentralisation élargie mais une véritable autonomie à l’image de celles en vigueur en Europe par exemple». Il va jusqu’à la qualifier de «révolutionnaire» et de nature à «impacter» le droit administratif marocain, constituer une jurisprudence et un modèle à suivre en Afrique et dans le monde.Pour Khalli Hanna Ould Er-Rachid, le projet d’autonomie a été élaboré dans sa totalité par des Sahraouis. C’est donc «une marque déposée du Corcas». Aucun apport d’une expertise étrangère n’a été nécessaire. «Il ne faut pas réduire notre valeur. Nous sommes capables d’élaborer une proposition d’autonomie complète, crédible et opposable à l’international», s’est exclamé en substance l’ancien ministre. Il est incontestable qu’avec la remise de la copie du Corcas, le travail de préparation est terminé. Le dossier devra en principe s’accélérer et prendre une autre tournure. Cependant, la mouture définitive sera décidée par le Souverain qui dispose de l’initiative dans ce domaine. Pour Khalli Hanna Ould Er-Rachid, la proposition du Corcas respecte la souveraineté marocaine sur les provinces du Sud. Elle garantit aux Sahraouis l’exercice des droits politiques et économiques. Cette version de l’autonomie est également conforme à la légalité internationale, y compris les exigences de l’autodétermination, a-t-il dit en substance. Selon lui, deux versions de l’autodétermination existent: l’une mène au séparatisme; l’autre renforce l’unité. Cette dernière est la version la plus avancée au niveau des Nations unies. Rappelons que l’offre du Corcas est une réponse à l’appel du Souverain pour que la population du Sahara engage une réflexion sur sa conception du projet d’autonomie dans le cadre de la souveraineté. Cette consultation a été menée avec les partis politiques. Ces propositions serviront à étoffer l’offre que le Maroc présentera à l’ONU.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc