×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Sahara: L’ONU veut des négociations «plus intensives»

Par L'Economiste | Edition N°:2759 Le 18/04/2008 | Partager

. Le SG de l’ONU recommande la prolongation du mandat de la Minurso. Inquiétude face à la situation humanitaire des réfugiés LE Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé les parties en négociations sur le Sahara au réalisme et au compromis, estimant que le renforcement du statu quo ne saurait constituer l’issue du processus en cours.«Je me félicite de l’engagement pris par les parties de poursuivre le processus de négociations, comme elles l’ont indiqué dans le communiqué final publié à l’issue du 4e cycle de pourparlers tenu du 16 au 18 mars à Manhasset, dans l’Etat de New York», écrit le SG dans son dernier rapport au Conseil de sécurité sur la question du Sahara, rendu public en début de semaine.«La consolidation du statu quo ne serait pas un résultat acceptable et ne saurait constituer l’issue des négociations en cours», affirme Ban Ki-moon dans son rapport. Il encourage donc les parties à maintenir leur engagement, comme affirmé dans le communiqué final au 4e round de pourparlers. Il souhaite que le Maroc et le Polisario entrent dans une phase de négociations «plus intensives et substantielles», portant davantage sur les questions de fond. Il recommande au Conseil de sécurité de leur demander de s’engager «sans conditions préalables». Ban Ki-moon s’inquiète par ailleurs des restrictions imposées aux observateurs militaires de l’ONU ainsi que de la situation humanitaire des réfugiés du Sahara. Saluant au passage les avancées réalisées pour permettre les visites familiales et le programme de visites par voie terrestre mis en place pour compléter le programme par voie aérienne. Il a, en outre, souligné qu’un manque de financement compromettrait la viabilité de ce type d’initiatives, invitant la communauté internationale à soutenir la poursuite de ce programme. Le Secrétaire général préconise, enfin, la prorogation du mandat de la Minurso pour une nouvelle période de 6 mois, jusqu’au 31 octobre prochain, estimant que la présence de la mission de l’ONU demeure essentielle pour le maintien du cessez-le-feu.Les quinze devront tenir des consultations sur la question du Sahara, lundi prochain, avant de se réunir une nouvelle fois le 29 avril pour adopter une résolution pour proroger le mandat de la Minurso. A l’issue du 4e round des négociations sur le Sahara, en mars dernier, les parties se sont engagées à poursuivre leurs pourparlers à Manhasset à une date à déterminer d’un commun accord.Des délégations du Maroc, du Polisario, de l’Algérie et de la Mauritanie ont pris part aux quatre rounds des pourparlers, tenus sous l’égide des Nations unies, conformément aux résolutions 1754 du 30 avril 2007 et 1783 du 31 octobre 2007 du Conseil de sécurité.J. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc