×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Retrouvailles des anciens du lycée mixte de Fès 30 ans après

Par L'Economiste | Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

De notre correspondante, Mouna KHAMLICHI. Plus de 150 personnes, toutes générations et religions confondues, se sont joint à l'événement. Témoignages émouvants des moments forts de l'époqueComme dans la chanson de Patrick Bruel, “rendez-vous dans 10 ans quand on sera de grands hommes”, les anciens du lycée mixte de Fès (actuellement lycée Ibn Hazeb) se sont retrouvés, mais après beaucoup plus d'années écoulées. Dans ces moments d'émotion intense, certains pleuraient de joie, d'autres riaient, enfin on avait l'impression que plus aucune barrière n'existait entre eux. Ils étaient redevenus les “gamins” d'autrefois pour qui on a fait ressusciter une partie de leur vie. Et c'est justement cette ambiance de fraternité naturelle qui s'est ranimée lors de ces retrouvailles. Cette harmonie qui existait au lycée entre les différentes religions (musulmanes, juives et catholiques) n'a jamais été aussi forte. Chaque moment vécu ensemble les replonge dans cette atmosphère de paix et de quiétude comme si le temps était remonté des années en arrière sans jamais rien effacer. Plus de 150 personnes, toutes générations et religions confondues, se sont joint à cette rencontre le week-end dernier à Fès. Une cinquantaine d'entre elles ont fait le déplacement de France. Lors de la visite du lycée, les témoignages émouvants des grandes joies de leur adolescence ont été partagés entre les anciens camarades. Ils ont arpenté les allées de l'établissement, se sont assis à la même place qu'il y à 20 ou 30 ans, se sont rappelé le nom de leurs enseignants… Pour tous, ça a réveillé un passé que certains ne pensaient jamais reconquérir. Mais leur plus beau cadeau a été de découvrir que le lycée avait conservé dans ses archives les livrets scolaires, les feuilles d'examen et les fiches avec photos de toutes les générations passées. En chahutant comme des adolescents, ils se sont rués vers la salle des archives pour contempler leur jeunesse. Mais tout cela n'aurait pu être réalisé sans la naissance en 1999 de l'Association des Anciens du Lycée Mixte de Fès (ALMF), dont l'initiateur n'est autre qu'un ancien élève du lycée, Hamayet Chedly. “L'idée de mettre en place cette structure est née d'une simple rencontre en France entre quelques camardes de Fès. Nous avons alors éprouvé une telle joie de partager avec tous nos anciens copains et copines un tel événement”, raconte Chedly. Les fondateurs ont d'abord commencé par prendre contact avec tous les anciens du lycée soit par téléphone soit par Internet. C'est d'ailleurs par le biais de leur site Web (almf.net) que la plupart des personnes ont pris connaissance de l'existence de cette association. Avant le voyage à Fès, les adhérents ont déjà eu l'occasion de se regrouper. Se remémorer les moments passés mais aussi apporter des idées généreuses pour le lycée ont été le but premier de ces meetings. Comme l'a si bien dit Marc El Fassy, ancien lycéen qui se rendait très souvent au Maroc et qui a oeuvré pour l'élargissement du cercle à toutes les générations, “il faut rendre au lycée ce qu'il nous a apporté”. C'est dans ce sens que 3 ordinateurs multimédias, une imprimante, un rétroprojecteur et un modem ont été gracieusement offerts aux lycéens de Ibn Hazeb. Dix autres ordinateurs ainsi qu'un fax et une photocopieuse suivront en avril prochain. Les besoins du lycée ne s'arrêtent pas là. En visitant l'établissement, les anciens lycéens ont tous été désolés de constater l'état de délabrement des bâtiments. Très sensibilisés à cette question, ils se sont promis de remédier à cette situation. Plusieurs opérations ponctuelles sont déjà à l'étude par l'association. Dans un premier temps, il serait peut-être envisageable de restaurer la façade du lycée. Il est aussi question de créer une bourse d'étude destinée à un élève méritant d'Ibn Hazeb. Un jumelage du lycée avec un établissement français est également en discussion. “Mais toutes ces actions ne peuvent être accomplies sans la participation et l'implication des principaux concernés”, tiennent à souligner quelques membres de l'association. Afin de faire le suivi des actions, une antenne a été créée au Maroc dont le délégué national est aussi un ancien du lycée mixte, Saïd Khaldi.


. Bèves régionales. Tanger• La représentativité de la femme en colloqueConvergence 21 Tanger a organisé dernièrement à Tanger un colloque sur la femme et sa représentativité politique. Parmi les invités, figurait Carmen Romero, députée au Sénat espagnol, Nezha Sqalli, membre du Bureau politique du PPS et Khalid Alioua, ancien ministre et membre du bureau politique de l'USFP. Parmi les contradictions relevées au niveau de ce colloque dans la relation femme politique au Maroc, la très faible représentativité des femmes au Parlement marocain comparée à la moyenne internationale. Alors qu'au Maroc, ce chiffre caracole à près de 0,5%, (deux femmes sur 325 parlementaires), chez les pays arabes, ce chiffre dépasse allègrement les 4%, et atteint les 11% en Afrique subsaharienne, pour atteindre les 38% chez les pays scandinaves.. Oued Ed-Dahab-Lagouira• Maintenance du réseau électriquePlusieurs projets de développement socio-économique ont été lancés dans différentes provinces et préfectures du Royaume. C'est ainsi que le wali de la région Oued Dahab-Lagouira et gouverneur de la province, Mohamed Machichi, a inauguré à Dakhla deux logements de fonction pour des médecins spécialistes de l'hôpital Hassan II. S'y ajoute aussi le projet d'éclairage public au profit de quelques quartiers périphériques de la ville. Le wali qui était accompagné notamment du président de la région, Amar Cheikh, et des élus a également donné le coup d'envoi des travaux de maintenance du réseau électrique. Un budget de l'ordre de 482.780 DH a été alloué à ces deux projets. Dans la région de Taorta, la délégation a inauguré la route reliant le centre de Taorta à la route provinciale 1100. Ce projet a nécessité un budget de 851.967 DH.. Meknès• Projets pour le ruralEn célébration du 26me anniversaire de la Marche Verte, le wali de la région Meknès-Tafilalet, Mohamed Mehdi Alaoui, et le gouverneur de la Préfecture Al-Ismlailia, Boubker Rih, ont lancé récemment plusieurs projets de développement à Meknès.Dans la commune rurale de Sidi Abdallah Al Khyate, relevant de la Préfecture El Menzeh, la délégation officielle a inauguré le projet d'aménagement d'un tronçon de 8 kilomètres de la route provinciale n° 7008. Le projet qui s'inscrit dans le cadre du programme national de désenclavement du monde rural a nécessité un budget de 2.441.205 DH.Parmi les autres projets, figurent également l'inauguration du projet de construction de la piste d'entrée à la commune rurale de Kermat Bensalem et la pose de la première pierre pour l'édification d'un complexe socioculturel qui sera réalisé à l'initiative d'une association locale. Réalisé en partenariat entre l'association «Al Hadaf» et l'association marocaine pour le développement de l'entreprise féminine, le projet du complexe socioculturel couvrira une superficie de 297 m2. Il comportera des salles de formation aux métiers d'artisanat ainsi que d'autres locaux polyvalents. Le coût du projet s'élève à 415.800 DH. Par ailleurs, dans la commune rural de Cherkaoua, ont été lancés les travaux de renforcement d'un tronçon de 13 km de la route provinciale n° 7061, dont le coût s'élève à 3.626.691 DH.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc