×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Retard à l'allumage pour la nouvelle console vidéo de Sony

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    Les accrocs devront patienter. Sony a annoncé hier le report de trois mois de la sortie de sa console de jeux PlayStation 2. Cette machine, qui ressemble davantage à un lecteur de DVD qu'à un jouet, sera commercialisée au Japon en mars 2000 et à l'automne suivant aux Etats-Unis et en Europe. Ce contretemps n'empêche pas Sony d'afficher de grandes ambitions -notamment de vendre un million d'exemplaires le week-end de sa mise en vente- pour cette machine capable de restituer des images en 3 D et en temps réel.
    L'enjeu n'est pas mince, puisque 40% des bénéfices de Sony l'an dernier provenaient de son activité dans les jeux vidéo. Pour faire attendre les mordus du jeu, Sony a présenté hier sa PlayStation 2 lors d'une conférence de presse et organisé une démonstration de jeux: courses de voitures, combats de kung-fu, parcours semés d'embûches etc. Dès les premières secondes, la différence de qualité saute aux yeux et aux oreilles. Equipée d'un lecteur de DVD Vidéo, la console PS2 -qui coûtera 39.800 Yens, soit environ 2.000 Francs- produit des images avec des jeux d'ombre et de transparence dignes du cinéma de synthèse.

    Pour le moment, seule la console Dreamcast de Sega égale les performances de la PS2 pour un prix deux fois moins élevé (19.900 Yens). Elle est en vente depuis près d'un an au Japon (1,3 million d'unités) et depuis la semaine dernière aux Etats-Unis où elle a reçu un excellent accueil. Sa commercialisation en Europe est prévue dans quelques jours. Le retard de la PS2 est une aubaine pour Sega, qui perd de l'argent depuis deux ans. Mais le grand "plus" de la console de Sony est qu'elle peut lire les milliers de CD de jeux déjà édités pour l'actuelle PlayStation. En outre, la puissance de Sony est telle que 89 développeurs de logiciels sont déjà sous contrat avec le groupe japonais. Lors de la sortie de la PS2 au Japon, une centaine de titres, spécialement conçus pour exploiter toute sa puissance de calcul, seront disponibles.

    Frédérique AMAOUA
    Syndication L'Economiste-Libération (France)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc