×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    . Manipulés

    Guerrouaz, Boujedli, Benakcha et les autres n'ont rien de Carlos. Ce sont tous des jeunes paumés de banlieues françaises, proies faciles de toutes les manipulations.

    Aux interrogatoires de Fès, ils se révèlent psychiquement fragiles, et dans le besoin d'argent pour payer leurs dettes et même se marier. "Rachid", l'obscur, était devenu leur "Emir" et les menait en bateaux d'Afghanistan au Maroc, en passant par l'Algérie. "Soumis" à son "organisation", ils ont visiblement subi un lavage de cerveau en règle.

    Ils confirment qu'ils étaient prêts à tuer en Palestine, en Bosnie comme au Maroc.

    . Scandale alimentaire à Ben Ahmed

    Près de 70 élèves internes du collège Anas Ibnou Malik ont été transportés d'urgence à l'hôpital de Ben Ahmed pour intoxication. Contactée par la presse, la direction du collège s'est refusée à tout commentaire et a interdit toute photo au sujet d'un feu suspect allumé en la circonstance près du mur de clôture du collège. La police judiciaire a ouvert une enquête. Notre confrère "L'Opinion" a publié dans son édition du 25 janvier un communiqué de solidarité avec les élèves internes du collège, victimes d'empoisonnement.

    Ainsi, les bureaux locaux de la FAE, réunis au siège de l'UGTM à Ben Ahmed, "dénoncent l'absence d'une commission pour le contrôle des produits alimentaires livrés par le fournisseur".

    Ils dénoncent également l'inexistence "manifeste" des services de santé scolaire, et demandent au ministère de tutelle d'ouvrir une enquête dans le but de sanctionner " les véritables responsables" et de "mettre fin au manque d'intérêt vis-à-vis de tout ce qui touche aux élèves".

    . PVD: Presque 2.000 milliards de dettes

    La Banque Mondiale vient de publier son rapport annuel sur l'état de l'endettement mondial, alors que le Mexique, grand emprunteur, se débat dans des difficultés financières. Les PVD accumulent 1945 milliards de Dollars de dettes, mais une fracture s'est créée en leur sein. Il y a ceux qui reçoivent les flux privés (44% vont en Asie du Sud-Est et 30% en Amérique latine) et ceux qui n'en reçoivent que peu: l'Afrique subsaharrienne en reçoit 1%. Même la Chine, pays à "faible revenu", reçoit des investissements privés importants (80 milliards de Dollars).

    En général, les pays les plus pauvres, qui n'arrivent pas à être des marchés émergents reçoivent des dons des Etats et des organismes internationaux.

    Plus personne ne croit à leurs capacités de remboursement. Pour leur malheur, les flux publics reculent (57,9 milliards de Dollars à 54,5), alors que les privés explosent (45,5 à 172,9 milliards de Dollars), en investissements financiers surtout.

    . Les Russes s'enlisent en Tchetchénie

    Le palais présidentiel, symbole de la résistance tchétchène est tombé vide. Djokhar Doudaiev a pris la fuite et la résistance s'étend aux campagnes enneigées.

    Les Russes s'enlisent, avec chars et artillerie contre un ennemi insaisissable.

    5 semaines n'ont pas suffi au "grand frère" russe à mater le minuscule peuple musulman de 1,2 million de personnes. Les Russes essaient de récupérer la population notamment en ouvrant les portes du pouvoir à l'opposition à Doudaiev.

    . Arafat condamne l'attentat

    Le double attentat terroriste de Netanya en Israël, dont le bilan s'élève à 19 morts et 62 blessés, a été qualifié par Yasser Arafat d'acte "criminel dirigé contre le processus de paix". Cet attentat est le plus meurtrier survenu en Israël depuis qu'un autre kamikaze s'était fait sauter dans un autobus et avait tué 22 civils, en plein centre de Tel-Aviv, le 19 octobre dernier.

    Pour le Premier ministre israélien, "nous devons faire face à des fous qui nous haïssent".

    Employant un vocabulaire de temps de guerre, il ajoute que "tout le peuple est une armée, tout Israël est un front".

    Cependant, le gouvernement israélien refuse de suspendre le processus de paix car, souligne-t-il, "il n'y a pas d'autre possibilité".

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc