×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Référendum mauritanien: 96,5% de «oui»

Par L'Economiste | Edition N°:2306 Le 27/06/2006 | Partager

. Taux de participation: 76,5%LE projet de nouvelle Constitution soumis dimanche 25 juin à référendum en Mauritanie a été approuvé à 96,5%, selon des résultats provisoires portant sur dix des treize régions du pays, abritant 64% des électeurs inscrits, a annoncé lundi 26 juin le ministère de l’Intérieur. Selon un communiqué du ministère, le taux de participation dans ces dix régions a été de 76,5%. Parmi les nouvelles dispositions constitutionnelles figure la limitation du mandat présidentiel à cinq ans, renouvelable une seule fois. L’ancienne Constitution ne posait pas de limite au nombre de mandats. Le texte prévoit l’instauration d’un régime de type présidentiel, qui octroie au chef de l’Etat d’importantes prérogatives, dont la désignation du Premier ministre, mais donne au Parlement le droit de voter la défiance ou la censure du gouvernement. Le chef de la junte, le colonel Ely Mohamed Ould Vall, avait prédit dès dimanche 25 juin un «vote massif» en faveur du nouveau texte amendant la Constitution de 1991, et réitéré sa promesse de remettre le pouvoir aux civils a l’issue de la période de transition qui doit s’achever par une présidentielle en mars 2007. 984.423 électeurs étaient inscrits pour le référendum, dans ce pays aux trois-quarts désertique, grand comme deux fois la France et peuplé de près de 3 millions d’habitants. La nouvelle Constitution, qui a reçu l’approbation de la quasi-totalité de la classe politique et des ONG locales, vise à mettre fin à «plus de 20 ans de pouvoir despotique», selon la junte qui a renversé sans effusion de sang l’ancien président Maaouiya Ould Taya en août 2005. Ce dernier se trouvait à la tête du pays depuis un coup d’Etat en décembre 1984. Il avait ensuite été élu trois fois lors de scrutins contestés. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc