×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rabat Technopolis
La première tranche bouclée

Par L'Economiste | Edition N°:2852 Le 03/09/2008 | Partager

. Des entreprises ont déjà pris possession de leurs locaux. Locataires: une vingtaine de firmes dont des grands de l’informatique. Offshoring: «Des négociations bien avancées avec des leaders mondiaux»«Nous avons tenu nos promesses vis-à-vis des entreprises». C’est avec un ton serein que Abderrafie Hanouf annonce l’achèvement de la première tranche de Rabat Techonopolis, dont il est le directeur général. «Des entreprises, pour la plupart de grands noms de l’industrie informatique, ont reçu en juillet dernier les plans des bâtiments pour préparer la configuration et l’aménagement de leurs plateaux», affirme-t-il. Il s’agit d’entreprises comme EDS, Logica, Devoteam, Cegedim, Percall… Sur cette liste ne figurent pas les entreprises dont les noms revenaient pourtant souvent dans les déclarations des responsables: Axa Assurances, SNRT, Alcatel Maroc, Al Jazeera, Cap Technologies…La liste n’est pas exhaustive, répondra Hanouf. Ce dernier parle d’une vingtaine d’entreprises qui ont confirmé leur intérêt pour la cité de la technologie. Mieux, dans le pipe, «des négociations avancées avec des leaders mondiaux de l’outsourcing». «Nous communiquerons sur la question une fois ces discussions finalisées», promet le DG de Rabat Technopolis.Conçu en deux phases, le projet de Technopolis boucle donc la première tranche de sa première phase. En détail, la première phase s’étale sur une superficie de 107 hectares «qui sont déjà totalement viabilisés (voiries, assainissement, réseaux, aménagements)». Sur les 107 ha, il y a 300.000 m² de planchers dont 200.000 dédiés à des plateaux de bureaux.La première tranche de cette phase s’étend, elle, sur une superficie de 45.000 m2. Elle est aujourd’hui très bien avancée. «Certaines entreprises ont pris possession de leurs plateaux et profitent du Ramadan pour entamer des aménagements spécifiques. Le personnel sera installé au lendemain des fêtes de fin du Ramadan», assure Abderrafie Hanouf. Pour prouver que le chantier est pratiquement bouclé, ce dernier va même jusqu’à suggérer que le titre de cet article soit «Technopolis a ouvert ses portes». Les locataires de la cité auront à leur disposition une palette de services de base: sécurité, gardiennage, nettoyage et restauration. «Cinq restaurants d’une capacité de 700 places assises seront ouverts dès la fin du Ramadan», annonce Hanouf.Le transport, l’un des problèmes que rencontrait le projet, semble être résolu aussi. «Technopolis sera desservie en quantité suffisante par bus, navettes et taxis à partir de Rabat, Salé et Témara. Le problème des transports a été résolu en collaboration avec les autorités et les transporteurs», insiste Hanouf. Pour rappel, Technopolis est située à la sortie nord de Rabat, près de la ville de Sala Al Jadida.Le projet s’étale sur une superficie de 300 ha. Une enveloppe de plus de 3 milliards de DH lui a été allouée pour une livraison en 2015. Lorsqu’elle aura atteint sa vitesse de croisière, Rabat Technopolis permettra de générer entre 30.000 et 100.000 emplois et contribuera à hauteur de 15 milliards de DH dans le PIB du pays.


Positionnement et objectifs

Rabat Technopolis est positionnée autour de 4 concepts offrant des développements modulaires aux métiers des nouvelles technologies. Il s’agit d’un campus universitaire dédié à la formation dans des filières d’excellence. A ce niveau, le coup d’envoi de l’Université internationale de Rabat, dont les locaux seront construits dans la Technopolis vient d’être donné la semaine dernière. Les autres modules sont dédiés à l’audiovisuel et aux multimédias, au BPO (Business process offshoring) et au développement des logiciels.Selon Abderrafie Hanouf, parmi les objectifs assignés à la mise en place du projet de Technopolis figure en tête celui de «valoriser le potentiel du Maroc dans les secteurs IT». Car ces derniers «présentent une opportunité majeure du fait de leur forte croissance comme le BPO». Cette cité de la technologie «permettra aussi l’émergence de nouveaux secteurs à fort contenu technologique et à forte valeur ajoutée comme le KPS (knowledge process services)». Espace de R&D, de création, d’incubation et de promotion de projets innovants, Rabat Technopolis devra permettre aussi de «se positionner sur des niches technologiques pointues et à fort potentiel comme la microélectronique, les nano et biotechnologies». En définitive, l’émergence de pôles technologhiques à l’image de Casanearshore et de Rabat Technopolis permettra d’ancrer les secteurs IT dans le tissu économique national.Nabil TAOUFIK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc