×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

PPS, FFD et PT veulent relancer la gauche

Par L'Economiste | Edition N°:3138 Le 28/10/2009 | Partager

. Dans le cadre d’un pôle ouvert aux autres organisations . Priorité à la coordination au niveau du Parlement LE Parti du progrès et du socialisme (PPS), le Front des forces démocratiques (FFD) et le Parti travailliste (PT) reviennent à nouveau au projet de création d’un pôle de la gauche lancé en 2007 avec l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Leur décision a été annoncée par un communiqué daté du 6 octobre 2009. Les objectifs et le programme d’actions communes ont été présentés par les dirigeants des trois organisations lors d’une rencontre avec la presse, tenue hier à Rabat. «Le faible taux de participation qui a marqué les élections législatives de 2007 a été un message de mécontentement de la population envers les actions des partis politiques notamment ceux de la gauche», rappelle Thami Khiyari, SG du FFD. Mais peut-on aussi avancer que les résultats «non satisfaisants» obtenus par ces partis lors des dernières élections (communales, régionales…) sont également derrière le retour à l’idée d’une union de la gauche. En tout cas, Ismaïl Alaoui, SG du PPS, n’a pas caché son mécontentement sur les conditions de déroulement du processus électoral lancé depuis juin dernier. Pour Abdelkrim Benatiq, SG du PT, «les conditions objectives sont réunies aujourd’hui pour s’engager ensemble dans ce chantier difficile avec comme objectif: la réhabilitation de l’action politique au Maroc en vue de renforcer le processus de démocratisation du pays». Les trois partis tiennent à rappeler que cette union reste ouverte aux autres organisations de gauche. Et de préciser que cette action n’est adressée contre aucune organisation politique. Sans le désigner, il s’agit du nouvel arrivant, le Parti authenticité et modernité (PAM) qui s’est imposé après les dernières élections comme la première force politique du pays. Pour passer à l’action, les responsables du PPS, du FFD et du PT sont conscients de la complexité de la tâche et que le parcours sera très long pour faire aboutir le projet de création de ce pôle. Mais pour le moment, les trois partis ont décidé de commencer dans un premier temps par la coordination de leur action au niveau du Parlement. Cela dans le cadre de leur groupe parlementaire. «On craint que les motivations de cette union soient uniquement dictées par la formation de ce groupe en vue de garantir la présence de ces partis au Parlement», indique une personne qui suit ce dossier. Pour lui, le projet d’union des partis de la gauche nécessite également que ces organisations revoient et leurs structures et leurs méthodes de travail pour se rapprocher des citoyens. Notons par ailleurs que les trois partis ont décidé d’organiser le 14 novembre prochain à Rabat une rencontre sous forme d’université au profit de leurs cadres. Une occasion qui va leur permettre de débattre ensemble des nouveautés intervenues sur la scène politique du pays. Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc