Société

Ouarzazate: Un musée pour le plus vieux dinosaure du monde

Par L'Economiste | Edition N°:3040 Le 05/06/2009 | Partager

. Les constructions démarrent ce vendredi 5 juin . La découverte passionne les scientifiques . Un autre atout touristique pour la région                                                                        Ouarzazate est le berceau des dinosaures. En dehors de sa réputation géologique, minière et minéralogique, la région est aussi un pôle attractif en matière de découvertes paléontologiques, déclare Dr Mohamed Benchra, géologue et secrétaire général de l’association Tazouda. Et dont le nom fait référence au site sur lequel a été découvert le plus vieux dinosaure du monde. Il a d’ailleurs été baptisé le Tazoudasaurus Naïmi. C’est une première à Ouarzazate, au Maroc et dans le monde. C’est une découverte qui enchante particulièrement les scientifiques et les chercheurs dans le domaine, est-il déclaré. C’est pour cela qu’un projet de musée in situ, digne de cette grande découverte dans la commune d’Iminoulaoune, province de Ouarzazate, a fédéré autour de lui plusieurs intervenants pour sa réalisation. En effet, sa mise en patrimoine est un engouement partagé entre les motivations scientifiques, touristiques et culturelles, explique Dr Benchra. Le musée est prévu sur une superficie de 2.057 m2 pour des investissements estimés à plus de 6 millions de DH. Les partenaires sont la commune rurale d’Iminoulaoune, le Conseil provincial de Ouarzazate, des partenaires français dont la famille Dericqlès et le Conseil de Région Souss-Massa-Drâa. Ce projet sera accessible au public, aux groupes pédagogiques et scientifiques spécialisés. Il est incontestablement appelé à s’inscrire dans le cadre du tourisme et du développement durable. Dans la mesure où il intègre éthique, social, économie et environnement. L’association Tazouda a été constituée, l’année dernière. Et sa raison d’être est de réaliser et de gérer ce patrimoine pour en faire un pôle d’attraction par excellence, est-il déclaré. Géographiquement, cette découverte a été mise en évidence dans la commune d’Iminoulaoune, située au pied du versant sud du Haut Atlas, à 70 km au nord de la ville de Ouarzazate. Le gisement fossilifère est une couche sillonnant le Jbel Tazouda, qui est une colline dominant une vallée verdoyante et un village authentique, avec une vue panoramique sur les formations géologiques avoisinantes. Sur le plan géologique, ce sont des formations continentales rouges (grès, argilites, conglomérats et gypse) en discordance de ravinement sur les calcaires dolomitiques marins du Lias inférieur. Ces couches rouges du Lias inférieur intercalent un niveau de marne indurée à matériel volcanique, gris à gris vert, correspondant à une coulée boueuse très ossifère. Cette dernière a transporté, charrié, accumulé et enfoui rapidement des os et des portions de carcasses de grands reptiles. Le paléo environnement où vécurent les dinosaures est fluvio-torrentiel détritique à paysage luxuriant. Durant l’époque des grands reptiles, les scientifiques parlent d’un climat chaud à périodes alternativement humides et sèches. L’histoire de la découverte remonte à 1998 par un riverain vendeur de fossiles. En 2000-2003, trois campagnes de fouilles dans le cadre du programme Dino-Atlas, établi entre le ministère de l’Energie et des Mines et le Muséum national d’histoire naturelle de Paris, ont conduit à la découverte d’un nouveau sauropode quadrupède herbivore, baptisé: Tazoudasaurus Naïmi. Agé de 185 millions d’années, l’animal de 9 mètres de long et 5 tonnes de poids est pourvu d’un squelette complet avec des éléments du crâne dont la mandibule sur laquelle se trouvent encore 17 dents. Ainsi que d’autres pièces osseuses clés de détermination, témoignant de la primitivité de l’animal, tels les chevrons bifides. En 2005-2008, d’autres fouilles sont venues compléter les précédentes par la mise en évidence d’un deuxième dinosaure bipède. Mais cette fois-ci de régime carnivore. Ce dernier a été baptisé Berberosaurus Liasii. L’importance scientifique de cette découverte à caractère universel nécessite le projet muséal digne de cette grande richesse patrimoniale, dit Dr Benchra. Le musée est en cours de réalisation in situ (sur le site de la découverte) à Tazouda. Le projet est étudié selon les standards internationaux. Il revêt une double importance. L’objectif est d’abord la conservation du patrimoine naturel et culturel. Il permettra également le flux de touristes exceptionnel désireux d’apprécier les géoparcs.


Route des dinosaures

Le projet muséal du dinosaure est appelé à s’intégrer en synergie avec d’autres projets de biodiversité et de réserves existantes à Ouarzazate et régions. Pour  le mettre aussi en valeur, il fera partie d’un grand projet en création: Route des dinosaures. Cette route est en cours de balisage avec des partenariats qui seront définis entre l’association Tazouda et l’Association pour le patrimoine géologique marocain (APPGM). Cette dernière œuvre de l’autre côté dans les provinces d’Azilal et de Beni Mellal, dans le cadre du projet: Géoparc de M’goun. Ce Géoparc comprendra les deux grands musées implantés à Ouarzazate et Azilal avec respectivement à Tazoudasaurus et Atlasaurus. Il intégrera aussi les régions de Demnate et les Aït Bouguemmaz pour leurs pistes et traces très pittoresques de pas des dinosaures. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc