×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Ordres sur le Web aux USA et en France

Par L'Economiste | Edition N°:527 Le 11/06/1999 | Partager

Merrill Lynch vient d'annoncer qu'à partir du 1er décembre prochain, ses 5 millions de clients pourront réaliser sur Internet leurs offres d'achat et de vente d'actions, moyennant une commission réduite à 29,95 Dollars (250 DH environ) par opération contre des sommes pouvant atteindre aujourd'hui plusieurs centaines de Dollars par ordre.
Cette offre devrait modifier radicalement la physionomie du secteur: Merril Lynch entre en concurrence directe avec les jeunes entreprises spécialisées dans les transactions à prix cassés (Schwab, E Trade et Ameritrade...).
Le Web remet en cause un modèle économique qui reposait sur une armée de spécialistes, un investissement considérable dans l'analyse financière et des milliers d'agents de change dont les conseils constituent le principal atout des grandes maisons et la source première de leur fortune: d'après le Wall Street Journal, le revenu moyen des courtiers de Merril Lynch est de 300.000 Dollars/an (près de 3 million de DH). Les salariés de Schwab, chargés des relations avec la clientèle, gagnent dix fois moins. Les effectifs de ces nouvelles entreprises sont réduits: Charles Schwab, ayant un vaste réseau national de points de vente, compte 13.000 salariés, Ameritrade et E Trade, présents exclusivement en ligne, emploient moins de 1.000 salariés chacun... contre 63.800 pour Merril Lynch.

La France s'y met aussi, après un démarrage poussif. Les brokers en ligne se multiplient. Mi-juin, I-Bourse, filiale d'Harwanne, une banque suisse, et de la société de services MinitelStore, puis Axfin ouvrent leurs portes sur Internet. Si l'on excepte Cortal, leader incontesté en matière de boursicotage on-line, il y a aujourd'hui une pléthore de petits intervenants. Yves Naccache, 30 ans, avec quatre copains, a lancé Axfin en 1998 avec 1 million de Francs d'apport, sa société de bourse dégageait déjà 4 millions de résultat à la fin de l'année. Introduite en bourse sur le marché libre (successeur du hors-cote), le 1er avril dernier, Axfin levait 15 millions de Francs. L'action, cotée 7 Euros au moment de son introduction, valait, hier, 9 fois plus...

Syndication L'Economiste-Libération (France)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc