×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Offensive des brasseurs allemands

Par L'Economiste | Edition N°:3379 Le 08/10/2010 | Partager

. Une délégation de leur fédération en visite au Maroc. Premières cibles: Les touristes allemands et les hôtels LA bière allemande veut prendre une place sur le marché local. Une délégation conduite par Rodger Wegner, DG de la Fédération des brasseurs exportateurs allemands a récemment effectué une visite au Maroc. Cette fédération est composée de quatre brasseurs: Karlsberg, Paulamer, Königsbacher et Hacker. «Le but de notre déplacement est de prospecter le marché local de bières. Une action qui s’inscrit dans une stratégie de promotion de nos exportions vers le Maroc», explique d’emblée le DG de la Fédération. Cette visite a également été l’occasion de rencontrer des responsables de départements ministériels concernés pour notamment disposer de données concernant le cadre juridique et fiscal marocain.Le marché lucratif de la bière attise donc de plus en plus de convoitises. Reste que la délégation allemande est très consciente de la difficulté de concurrencer la bière locale qui monopolise le marché intérieur. «Pour l’instant, la place des bières allemandes reste insignifiante, soit une quantité de près de 1.000 hectolitres par an, pour un marché d’environ un million d’hectolitres. Pour se positionner sur le marché local, nous allons miser sur la qualité de nos produits dont la fabrication est soumise à une réglementation rigoureuse», précise Wegner. Ce dernier rappelle que la production de la bière dans son pays est réglementée par un vieux texte publié en 1516 baptisé «la loi de pureté» qui fixe les ingrédients de fabrication. «Outre la qualité de notre produit, il faut identifier nos clients prioritaires dans un pays de religion musulmane», indique le DG de la Fédération. Avant de préciser que «ce sont les touristes allemands qui vont constituer nos clients cibles prioritaires dans un premier temps. Car nous sommes conscients de la préférence de nos compatriotes pour la bière de leur pays même quand ils sont en voyage à l’étranger». Parmi les autres cibles potentielles des brasseries allemandes, figurent les hôtels et les restaurants pour pouvoir toucher les touristes d’autres nationalités en visite au Maroc sans oublier les étrangers installés dans le pays. Les grandes surfaces sont également visées par les exportateurs allemands.


100 millions d’hectolitres par an

L’ALLEMAGNE est considérée comme un des plus grands producteurs mondiaux de bière avec un volume de 100 millions d’hectolitres par an toutes bières confondues qui génèrent un chiffre d’affaires avoisinant un milliard d’euro. Le volume des exportations est estimé à 14 millions d’hectolitres. L’Europe des 27 est le premier producteur mondial de bière avec une production annuelle de 340 millions d’hectolitres (soit 25 % de la production mondiale). Elle est talonnée par les Américains. Depuis 1810, l’Oktoberfest est la plus grande fête de la bière du monde attirant près de 7 millions de visiteurs durant deux semaines à Munich.


«La bière sans alcool, un créneau à développer au Maroc»
Entretien avec Rodger Wegner, DG de la Fédération des brasseurs exportateurs allemands
- L’Economiste: Il est difficile aux bières étrangères d’accéder au marché local à cause d’une fiscalité contraignante. Etes-vous conscient de cette situation?- Rodger Wegner: Lors de notre visite au Maroc, nous avons eu des entretiens avec des responsables marocains notamment ceux du ministère de l’Industrie et du commerce. Le but étant de disposer d’information et de données sur le cadre juridique et le régime fiscal réglementant l’importation des bières. - Et pour le marquage fiscal?-La question a été posée. Mais nous attendons des responsables marocains de plus amples explications sur ce point. Car pour le moment, nous ignorons si cette taxation est limitée uniquement aux bières produites localement ou touchera t-elle aussi celles importées. A notre avis, cette mesure pourra présenter un handicap majeur à la compétitivité de nos produits sur le marché local.- Quelles niches comptez-vous investir?-Outre le cadre juridique, l’objectif de notre visite au Maroc est aussi d’avoir une idée sur la culture de ses habitants qui sont en majorité des musulmans. Effectivement, le marché local présente une opportunité à nos opérateurs pour le créneau de la bière sans alcool dont nous avons accumulé une expérience avec d’autres pays musulmans. Il s’agit notamment de l’Iran et des Emirats Arabes Unis, considérés comme des grands importateurs de la bière allemande sans alcool. Il y a aussi d’autres pays du Golfe comme l’Arabie Saoudite. Pour la bière avec alcool, nous exportons particulièrement vers la Turquie et avec des petites quantités pour la Tunisie et l’Egypte pour satisfaire notamment les besoins des touristes étrangers.Nour Eddine EL AISSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc