Politique

Naissance du Prince héritier

Par L'Economiste | Edition N°:1515 Le 09/05/2003 | Partager

. La Constitution lui confère ce rangLa mine des jours heureux affichée dans les villes du Royaume depuis une dizaine de jours l'annonçait. Au Palais royal, la bonne nouvelle est tombée jeudi 8 mai très tôt dans la matinée, à 7 heures 45 minutes. L'annonce officielle a donc été très rapidement faite. Son Altesse Royale Lalla Salma, épouse de SM le Roi Mohammed VI, a donné naissance au premier descendant direct de la famille royale “vers 6 heures 40 minutes”, selon le communiqué de la Maison royale. Le Souverain a décidé de donner à son premier enfant, de sexe masculin, le prénom de Moulay Al Hassan, en référence à son grand-père, Feu Hassan II, qui nous a quitté en 1999. La naissance du bébé royal a aussitôt été suivie d'une série de manifestations protocolaires. Les 101 coups de canon ont retenti dans l'enceinte du Palais royal et des livres d'or ont été aussitôt ouverts dans les wilayas, les provinces et les préfectures, pour recueillir les félicitations des “sujets de Sa Majesté”. Probablement que des festivités d'ampleur démarreront dans les jours à venir. Parallèlement aux festivités et au protocole, la naissance de Moulay Al Hassan a aussitôt eu des répercussions sur le plan constitutionnel. Le bébé royal accède automatiquement au rang de prince héritier. Il s'agit cependant d'une règle qui n'est pas figée. Dans l'organisation de la transmission du pouvoir, la Constitution est très souple. Certes, elle établit la règle d'une succession par ordre de primogéniture, mais laisse le choix du successeur subordonné à une décision du monarque. C'est l'article 20 de la Constitution de 1996 qui traite de la question. Selon cet article, “la Couronne du Maroc et ses droits constitutionnels sont héréditaires et se transmettent de père en fils aux descendants mâles en ligne directe et par ordre de primogéniture de SA MAJESTE LE ROI HASSAN II…”. En fait, la Constitution de 1996 n'a pas employé le terme “monarque”. Elle cite expressément son concepteur, Feu le Roi Hassan II, comme point de départ de la lignée royale. Cependant, et puisque la succession s'est faite dans le plus grand respect de la Constitution, le Roi Mohammed VI se substitue automatiquement à son défunt père. La succession du père régnant vers le premier fils de la lignée royale n'est pas le seul cas de figure prévu. L'article 20 prévoit que la succession s'effectue par ordre de primogéniture “à moins que le Roi ne désigne, de son vivant, un successeur parmi ses fils, autre que son fils aîné”. SM le Roi dispose donc d'une grande latitude pour désigner le successeur le plus méritant parmi ses fils. En tout cas, celui qui présenterait les meilleures aptitudes pour prendre les rênes du pouvoir. Enfin, il y a un troisième cas de figure, mais qui n'a plus lieu d'être, prévu par la Constitution. Ainsi, “lorsqu'il n'y a pas de descendants mâles en ligne directe, la succession au Trône est dévolue à la ligne collatérale mâle la plus proche et dans les mêmes conditions”. Après le décès de Feu Hassan II, c'est cette règle qui prévalait. Jusqu'à la naissance de Moulay Al Hassan, c'est à SAR Moulay Rachid que revenait le rang de prince héritier présomptif. Depuis le 8 mai, il a été décalé d'un rang dans l'ordre de la succession. Moulay Hicham, cousin du Souverain, passe en troisième position.


Le communiqué officiel

Au nom de Dieu clément et miséricordieux, Il m'est agréable, au nom du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie, d'annoncer l'heureuse nouvelle aux Sujets d'Amir Al Mouminine, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, que le Très-Haut a comblé le Souverain par la naissance d'un garçon à 06h40mn de ce jour, jeudi 6 Rabiâ 1er 1424 de l'Hégire, correspondant au 8 mai 2003. Il m'est également agréable d'annoncer que le nouveau-né et sa mère, Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma, que Dieu les préserve, se portent bien et sont en parfaite santé. Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste, a décidé de donner à Son Altesse Royale le Prince héritier, le prénom de Moulay Al Hassan, du prénom de son auguste grand-père Feu Sa Majesté Hassan II que Dieu ait son âme en Sa sainte miséricorde, en remémoration de cet illustre prénom. Nous implorons le Très-Haut de bénir le nouveau-né, de l'entourer de son immense sollicitude, de combler son père Sa Majesté le Roi et de faire en sorte que cette naissance emplisse de joie et de bonheur la Nation marocaine tout entière. Puisse le Très-Haut accorder longue vie à Sa Majesté le Roi, le guide inspiré du peuple marocain fidèle et attaché au Glorieux trône alaouite. Dieu, l'audient, exauce les voeux de ceux qui l'implorent. Un livre d'or sera ouvert au siège de la direction du protocole royal et de la chancellerie au Palais royal de Rabat, ainsi que dans les différentes wilayas, provinces et préfectures du Royaume et aux ambassades et consulats du Royaume du Maroc à l'étranger pour enregistrer les félicitations adressées à Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste en cette heureuse occasion. Que la paix, la miséricorde et la bénédiction de Dieu soient sur vous«. Le communiqué a été lu par M. Abdelhak Lamrini.Adil HMAITY

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc