×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Moi pirate de console…

Par L'Economiste | Edition N°:2145 Le 07/11/2005 | Partager

. Des consoles formatées à la lecture de jeux piratés. Comme pour les décodeurs numériques, les schémas de montage sont copiés d’InternetLe Maroc à l’instar du reste du monde connaît un engouement pour les jeux vidéo, industrie qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars et qui a supplanté les jeux de société. Les consoles de jeux vidéo représentent le plus gros du marché et dépassent en termes de chiffres le jeu vidéo pour ordinateur et pour téléphones portables. La Playstation 2 de Sony est la console qui tient le haut du pavé avec 70 millions d’unités vendues dans le monde jusqu’à aujourd’hui. C’est la console la plus populaire au Maroc, mais aussi la plus facile à pirater. A leur sortie d’usine, les consoles sont configurées de manière à ce qu’elles ne puissent pas lire les copies pirates de jeux. Pour contourner cette protection, une puce est installée dans la console. Les consoles «pucées» n’auront alors aucun mal à lire les jeux piratés. Mais là encore, tout dépend de la puce installée et du modèle de console aussi. Si la puce ne pose pas de problèmes pour les consoles Xbox et Game Cube, en ce qui concerne la Playstation 2, c’est tout autre. Il existe plusieurs marques de puces de qualité inégales et plusieurs versions de Playstation 2, ce qui rend la tâche du poseur de puce très compliquée. Noureddine en connaît un rayon, il installe dans son garage transformé en cyber, sis au quartier Badii à Marrakech, le précieux sésame. «J’ai une affection toute particulière pour la puce Ghost, elle est de bonne facture et personne ne s’en est plaint jusqu’à aujourd’hui». Petit bémol, cette puce n’est compatible qu’avec les dernières générations de Playstation2, la PStwo, plus compacte et ultraplate. «D’ailleurs, on ne vend plus que des PStwo, la PS2 classique n’est plus produite». Pour les versions plus anciennes, la Magic 5 est la puce qui présente le meilleur rapport qualité/prix, mais pour les versions SCPH-50000, elle peut mettre hors circuit la lentille. Noureddine se fait payer 400 dirhams pour installer la Magic 5 et 600 dirhams pour la Ghost. . Un commerce qui ratisse largePour pouvoir installer les puces, les schémas de montage sont copiés d’Internet. «Les pirates marocains ne sont pas tous des surdoués de l’informatique, ils se contentent de copier les schémas d’Internet. Le reste est affaire d’expérience», ajoute-t-il. Noureddine a son réseau, mais la plupart du temps il se déplace en personne à Casablanca pour pouvoir se procurer les puces. Selon lui, les importateurs de puces sont souvent les mêmes que ceux qui importent les CD’s et DVD vierges, ce sont de véritables mafias et ceux qui profitent vraiment du piratage. Ils ramènent des containers entiers de marchandises. Parallèlement à cela, Noureddine vend aussi des consoles, des jeux dont le prix n’excède pas les 20 dirhams et tient une petite salle de jeux. «La Playstation 2 est très nettement la console la plus vendue, elle bénéficie de la réputation de son aînée, la Playstation première du nom, la Game Cube et la Xbox, sont, elles, réservées aux initiés. C’est un peu dommage car avec la Playstation 2, on a beaucoup de problèmes, notamment au niveau du bloc optique». Concernant sa clientèle, Noureddine affirme que c’est surtout les jeunes, âgés de 15 à 25 ans qui viennent acheter jeux et consoles. «Bien sûr, il m’arrive de vendre à des enfants, mais ils sont accompagnés de leurs parents et ne reviennent pas souvent». Mustapha est vendeur à Sailane, un établissement spécialisé dans la vente de matériel électronique. Il assure ne pas vendre de jeux originaux. Normal avec un prix oscillant entre 400 et 600 dirhams, qui irait s’aventurer à faire ce genre de dépenses alors qu’il peut se procurer une copie similaire à 15 dirhams? «Nous avons renoncé à la vente de jeux vidéo. On se limite à offrir un jeu original lors de l’achat de la console pour encourager les clients». Ces derniers, confie Mustapha, sont surtout des enfants qui viennent en famille acheter leur console. Si en Europe le gros des achats se fait pendant Noël en fin d’année, au Maroc, c’est en été où les consoles se vendent le mieux. Les ventes chutent généralement durant la rentrée.Les gens ne sont pas dupes, ils savent qu’en installant une puce dans leur console, ils achèteront tous les jeux qu’ils veulent à prix modique. Il arrive même que les vendeurs orientent directement leurs clients vers l’échoppe d’un vendeur de puces. «Pour notre part, nous prévenons nos clients que la pose de la puce annule la garantie, après ils font ce qu’ils veulent», explique-t-il. Un petit tour dans les magasins spécialisés dans le vidéo ludique est suffisant pour se rendre compte que le piratage à encore de beaux jours devant lui. Il est impensable de parler à l’heure actuelle d’un marché du jeu vidéo, tant l’anarchie caractérise ce secteur. A l’image de la musique et des films piratés, le public marocain sera toujours à la page, mais si une industrie locale devait se développer, ce sera rapidement le Game Over… Pour elle. Zakaria CHOUKRALLAH (journaliste stagiaire)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc