×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    MAN confirme son intérêt pour Scania

    Par L'Economiste | Edition N°:2361 Le 14/09/2006 | Partager

    . Le tandem détiendrait une part de marché de 27% en Europe de l’OuestLe conglomérat allemand MAN a confirmé mercredi 13 septembre son intérêt à acquérir le fabricant suédois de camions Scania, et promis de préciser ses projets la semaine prochaine. Dans le cadre des récentes spéculations sur un rachat de Scania par MAN, le groupe allemand «confirme son intérêt à une combinaison des deux entreprises», indique-t-il dans un bref communiqué boursier. Le groupe promet de nouvelles annonces à ce sujet la semaine prochaine. «Selon MAN, une telle combinaison offre une logique convaincante», poursuit le groupe. «Ensemble, les deux entreprises deviendraient numéro un sur le marché des véhicules utilitaires en Europe et créeraient ainsi une base importante pour une croissance profitable», ajoute-t-il. Les spéculations enflaient depuis mardi sur le dépôt imminent d’une offre de la firme de Munich sur son rival suédois. Ce dernier les avait attisées mardi soir en déclarant qu’il y avait «des chances raisonnables» pour que MAN lui fasse une offre de rachat. «MAN et Scania se complètent géographiquement, avec MAN qui se concentre sur l’Allemagne et Scania sur les régions scandinaves et la Grande-Bretagne», souligne Merrill Lynch dans une note à ses clients. Une telle fusion risque toutefois de poser des problèmes de concurrence, ajoute-t-il, soulignant qu’un tandem MAN-Scania détiendrait une part de marché de 27% en Europe de l’Ouest, battant d’un cheveu le concurrent suédois Volvo Group (26%). Volkswagen ne souhaitait toujours pas s’exprimer mercredi 13 septembre. La firme de Wolfsburg, actionnaire principal de Scania dont il détient 34% des droits de vote, jouera un rôle-clé dans une éventuelle transaction. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc