Emploi et Carrière

Les Hommes qui font l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

M. Naji, Directeur Général de l'ONE

M. Abderahmane Naji vient d'être nommé Directeur Général de l'Office National de l'Electricité. Il remplace donc M. Tazi, dont on dit aujourd'hui au Ministère de tutelle qu'il "a bien tenu sa maison". M. Abderahmane Naji est né en 1937 dans la province de Beni-Mellal, dans une famille d'agriculteurs.

Après avoir suivi l'enseignement du Collège Musulman, il passe son bac de Math Elem au Lycée Lyautey en 1956 et fait sa "Taupe" avant d'entrer à l'ENSEEHT de Toulouse, intégrée depuis à l'Institut Polytechnique de la même ville.

Il obtient son diplôme d'ingénieur en 1963. Parallèlement, il avait suivi des études universitaires et obtenu la même année sa licence es-Sciences Physiques. De retour au Maroc, il entre en Juillet 1963, à l'Energie Electrique du Maroc, qui devient cette année-là, l'Office National de l'Electricité.

M. Naji a donc fait toute sa carrière à l'ONE qu'il avait intégrée en tant que chef de service de la production hydraulique.

En 1969, il est nommé Directeur de la Distribution, poste qu'il occupait encore au moment de sa nomination à la Direction Générale.

Deux fois décoré (Ordre du Mérite, classe exceptionnelle en 1965 et Chevalier du Ouissam el Arch en 1986) M. Naji, cinéphile à ses heures, est marié et père de 3 enfants.

Il s'est intéressé aux programmes d'électrification rurale, relevant particulièrement les enjeux techniques et sociaux et participant activement aux travaux pour leurs montages financiers.

Il reste prudent quant à ses projets pour l'ONE, expliquant qu'il ne faut pas brutaliser les structures. Cependant, au fil de la conversation, il évoque ses souhaits sur deux points: faire participer les jeunes avec un plus grand souci de répondre à leurs ambitions de réussir leur carrière, d'une part, et d'autre part, développer les réflexes de transparence et d'explication au public chez le personnel de l'Office.

M. Grant, en visite au Maroc

M. James P. Grant, qui était en visite au Maroc cette semaine, est Directeur Général de l'UNICEF depuis 1980.

M. Grant est né en Chine en 1922. Il est titulaire d'une licence de Lettres de l'Université de Berkley (1943) et d'un doctorat de Droit de Harvard (1951).

Il a partagé sa carrière entre l'administration américaine et les organismes multilatéraux d'aide au développement. Il a commencé, en 1946, dans les programmes d'aide des Nations Unies, en Chine et par la suite a été, notamment, Directeur du Programme de AID en Turquie, Secrétaire d'Etat Adjoint pour le Moyen Orient et l'Asie Méridionale entre 1962 et 1964 (nommé par le Président Kennedy, Directeur Adjoint à la Coopération Internationale,...).

Il est administrateur de la Fondation Rockfeller et de l'Université John Hopkins et membre du Conseil d'Administration du Comité de la Faculté des Sciences de la nutrition de l'Université de Tufts.

Khalil Jaïdi, Directeur Général de SIDARSA

La nomination de Khalil Jaïdi à la tête de SIDARSA est intervenu début Juillet. Auparavant, l'intéressé était Directeur Général Adjoint, 3 ans durant, de cet important cabinet d'assurance conseil, qui emploie plus de 65 personnes.

Il y était entré en 1977 en tant qu'Attaché de Direction. Il gravit tous les échelons et touche à toutes les activités, commerciales surtout.

C'est l'assurance des personnes qu'il affectionne: les couvertures maladie, retraites complémentaires, vies... "sont un domaine où il reste beaucoup de choses à faire. L'importance de la population du pays et surtout de sa jeunesse sont un gisement" explique-t-il. Il regrette pourtant que la plupart des polices en la matière soient des contrats groupe conclus par des employeurs. Habituellement les particuliers ne souscrivent que forcés par une clause de crédit immobilier.

A l'origine de cet intérêt pour les couvertures de personnes, peut être, une vocation médicale. Khalil Jaïdi avait un peu fréquenté les bancs de faculté de médecine, avant ceux de la faculté de droit de Casa. Puis il avait travaillé, de 1973 à 1977, dans un laboratoire pharmaceutique, chez Pfizer. Et il y a cultivé une autre vocation, commerciale, de terrain. C'est pourquoi il arrivera avec SIDARSA à rechercher l'originalité des produits d'assurance, et des montages de couvertures, par l'ouverture vers l'extérieur sur un réseau de correspondants étrangers. Du secteur des assurances, il attend plus de dynamisme. "La meilleure publicité pour une compagnie n'est pas un encart dans un journal, mais le paiement à temps en cas de sinistre".

Khalil Jaïdi est âgé de 44 ans et père de deux enfants de 14 et 10 ans. Il a grandi à Casablanca, dans une famille de commerçants céréaliers de Boujâad.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc