×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les femmes gèrent mieux leur crédit que les hommes

Par L'Economiste | Edition N°:458 Le 08/03/1999 | Partager

· 21% des femmes ont doublé leur revenu grâce au micro-crédit
· Un emprunteur sur cinq crée au moins un emploi


Dans le secteur du micro-crédit, la femme s'avère meilleure gestionnaire que l'homme. Ceci est vrai si l'on croit les résultats de l'étude de l'association Al Amana(1). En effet, et sur les différents volets d'évaluations, les performances des femmes dépassent de loin celles des hommes. Ceci ressort dans un premier temps à travers l'examen de l'évolution du patrimoine de la micro-entreprise. Ainsi, 66% des femmes ont enregistré une croissance de leur actif contre 60% pour les hommes. Aussi, si seulement 10% de ces derniers ont noté une augmentation de 100% des recettes de leurs entreprises, ce pourcentage est de 21% chez les femmes. Toutefois, les auteurs de cette étude précisent que l'évaluation des recettes nettes de l'entreprise est un point difficile à approcher du fait que "les micro-entrepreneurs confondent souvent leur argent avec ce-lui de l'entreprise".
Cette absence de sens de la comptabilité s'explique, entre autres, par le niveau d'étude des bénéficiaires. En effet, 40% de la population est illettrée et moins de 3% a son baccalauréat. Aussi les spécificités de certains métiers imposent-elles des contraintes aux micro-entrepreneurs, principalement la vente à crédit et les délais de paiement. Le rapport de l'étude indique que "ce type de vente perd tout son intérêt à partir du moment où les délais de paiement sont arbitraires et qu'ils empêchent le micro-entrepreneur de disposer d'un fond de roulement pour continuer l'activité en attendant le remboursement".
Par ailleurs, un facteur pas moins important a été mesuré par cette enquête. Il s'agit de l'incidence du micro-crédit sur la création de l'emploi.
Ainsi, sur les 281 micro-entreprises, 44 ont créé un poste, (15,7% du total) et 5% entre 2 et 4 emplois. En face, des postes ont été supprimés. L'enquête révèle que deux micro-entreprises ont supprimé chacune trois emplois. L'examen de ces deux dossiers montre qu'"il s'agit d'une personne ayant changé son activité de couturier traditionnel en commerçant de fil et d'une personne ayant investi dans deux machines, d'où un besoin moins important en main-d'oeuvre".

Aniss MAGHRI

(1) L'association a atteint un cu-mul de prêts accordés de 15.000 dont 90% renouvelés. Les prêts totalement remboursés sont de 4.555 et les prêts actifs sont estimés à 10.555 pour un montant global de près de 15 millions de DH.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc