×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les criquets ravagent le Sahel

Par L'Economiste | Edition N°:1837 Le 23/08/2004 | Partager

. Il faudrait 58 à 83 millions de dollars pour mener à bien la lutteLa situation en Afrique de l'Ouest s'est encore détériorée avec l'arrivée de nouveaux essaims de criquets pèlerins en Mauritanie, au Mali et au Niger, selon le dernier bilan de la FAO. Dans ce contexte, Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l'Union africaine et Jacques Diouf, directeur général de la FAO, viennent d'effectuer une tournée d'inspection en Mauritanie pour se rendre compte de la taille des essaims et des dégâts importants causés par le criquet pèlerin. Au cours des dix premiers jours d'août, un retour au calme était noté au Maroc et en Algérie où des groupes d'ailés immatures étaient signalés dans seulement quelques sites. Mais, en Mauritanie, des essaims en déplacement du nord vers le sud ont été signalés dans le Tiris Zemmour, l'Adrar, l'Inchiri et à Nouakchott. Selon la FAO, les premiers ailés de la génération estivale pourraient commencer à apparaître vers la fin août. Dans le cadre des opérations de lutte, 6.029 hectares ont été traités en Mauritanie durant les dix premiers jours d'août. “Si nous ne parvenons pas à juguler ce fléau en Mauritanie, nous aurons des envolées vers le Sénégal, le Mali, le Niger, le Tchad (...) et au-delà de cette zone, vers le Soudan (...) et même en Afghanistan et au Pakistan”, s'est inquiété le directeur de la FAO.Au Sénégal, des essaims et des bandes larvaires ont continué à être signalés dans la vallée du fleuve Sénégal ainsi que dans celle du Ferlo, à Linguère. Plus de 16.000 hectares d'infestations ont été traités au Sénégal entre le 8 juillet et le 13 août 2004. Le 5 août, quelques essaims ont atteint, pour la deuxième fois, les Iles du Cap-Vert, à Boa Vista, Santiago, Fogo et Maio, au cours d'un nouvel épisode de vent de secteur nord-est. Selon les estimations de la FAO, il faudrait 58 à 83 millions de dollars pour mener à bien la lutte contre le criquet pèlerin. Jusqu'ici, les engagements des bailleurs de fonds, à travers la FAO, ont atteint quelque 14 millions de dollars. Une aide tardive pour Diouf qui a indiqué que s'ils avaient “eu ces ressources aux mois de février-mars, ils auraient été à même de faire face au danger”.Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc