×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Le Rialto s'offre une cure de jouvence

    Par L'Economiste | Edition N°:288 Le 10/07/1997 | Partager

    Le vent de rénovation de salles de cinéma continue à tourbillonner. C'est aujourd'hui au tour du Rialto d'en bénéficier. Objectif de tous ces mouvements: réconcilier le public avec le grand écran.


    Brel, Aznavour, Piaf et d'autres monstres sacrés de la chanson internationale y ont fait claquer leur voix et leur talon. Construit dans les années 30, le cinéma Rialto vient de subir un véritable coup de jeune. Montant de l'opération: près de 10 millions de DH, financés en partie par crédits et en partie par fonds propres. "Nous avons totalement restauré ce monument culturel tout en essayant de lui garder son cachet et son style des années 30, mais en y introduisant la technologie la plus sophistiquée", souligne M. Mohamed Belghiti, administrateur de la société Cinéma Rialto. Cette salle a été réouverte et inaugurée le 30 juin dernier après plus de six mois de travaux. Le tout orchestré par le groupe Benchentouf et Belghiti, propriétaire de la salle depuis 1975.
    Aujourd'hui, un mouvement de rénovation des salles à coups de gros budgets est en marche. Finalité: réconcilier le public avec le grand écran. En effet, les entrées en salles se sont écroulées de plus de la moitié en dix ans(1). A l'origine, l'apparition de la vidéo à partir des années 80, la multiplication des chaînes télévisées et des paraboles, la mauvaise fréquentation et "l'état déplorable" de certaines salles. Actuellement, les exploitants veulent jouer la carte de la différenciation. Objectif: que le spectateur trouve en salle plus que ce que la technique apporte dans son salon. "Il y a un public auquel il faut croire. Et croire signifie le respecter et donc lui donner le service qu'il attend. Pour le faire sortir de chez lui, il faut lui procurer le confort, la qualité de l'image, du son et du produit", avance M. Belghiti.

    Aussi, pour redonner le goût des salles obscures, les responsables du groupe installent-ils une nouvelle génération de sièges, écran géant et son haute définition. Ainsi, le Rialto, avec ses 1.100 places, s'est vu doter d'un nouvel écran de 13 m de large et de 8 mètres de haut, et d'un nouveau matériel de projection. "Nous avons opté pour un projecteur qui a fait preuve de performances intéressantes aux Etats-Unis et qui gagne aujourd'hui le marché européen", souligne M. Belghiti. Ce matériel comprend un ordinateur sur lequel est programmée toute la durée de la projection avec ses différentes étapes: l'ouverture et la fermeture des rideaux, l'éclairage, le lancement de la bande-annonce et du film. Mais "la fierté" de la rénovation réside surtout dans l'équipement sonore: 20.000 watts, 72 enceintes réparties dans la salle ainsi qu'un son digital lu par infrarouge grâce au système DTS ou Dolby Digital. Les aménag-ements ont également touché l'installation électrique, la plomberie, les sanitaires, les faux-plafonds, le renforcement des structures supportant le bâtiment... Outre la climatisation, la salle bénéficie en permanence de la ventilation et du désenfummage.

    Avec cette rénovation, l'une des premières tâches des responsables a consisté à redonner une nouvelle image du Rialto. Pour cela, ils misent sur l'amélioration de la qualité du service. Douze personnes supplémentaires sont donc venues renforcer l'équipe qui comprend aujourd'hui 23 employés.
    Outre le cinéma, l'objectif des promoteurs est aussi de développer l'activité théâtrale. Ainsi, un planning sur toute l'année a été mis en place avec une cadence de 7 ou 8 programmes par an. Celui-ci vient de démarrer le 5 juillet avec une comédie maroco-égyptienne.
    Enfin, une formule de fidélité a été instaurée avec trois types de cartes. La première (Carte Subito) est valable pour 10 séances de cinéma pendant un trimestre et la 10ème séance est gratuite. La seconde carte (Bravo), pour le théâtre, est valable pour les 7 spectacles de l'année. L'acquéreur bénéficie d'une réduction de 50% sur les deux dernières représentations de l'année. Les enfants ne sont pas en reste: avec la Carte Duo (50 DH), ils pourront déguster un menu Happy Meal chez McDonald's.

    Meriem OUDGHIRI

    (1) Cf L'Economiste du 29 décembre 1994 et du 2 mars 1995.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc