×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Le psy prend pied dans l’entreprise

    Par L'Economiste | Edition N°:2213 Le 14/02/2006 | Partager

    . Suivi et soutien du personnel devenus une priorité. Un centre international de psychologie du travail renforce l’offreLa psychologie du travail a de beaux jours devant elle. De plus en plus d’entreprises se sont rendues compte que l’épanouissement de leurs collaborateurs contribue à l’efficacité collective. D’où la demande grandissante des structures qui font appel à ces spécialistes. «Le marché est tellement grand que des personnes profitent du manque du savoir de certains managers pour les arnaquer. Ces individus, après avoir suivi un cursus de coaching, lu un livre ou deux et pris des informations sur Internet, se font passer pour des coachs. A la fin, le résultat obtenu n’est pas à la hauteur», accuse Ghita Msefer, psychologue et associé fondateur du centre international de psychologie du travail. Et d’ajouter: «la psychologie du travail aborde l’être humain dans sa globalité. Souvent les difficultés rencontrées au travail sont liées à l’enfance». La création du centre international de psychologie du travail intervient pour revaloriser cette profession. Elle est le fruit d’un partenariat entre psychologues chercheurs et praticiens spécialisés dans le développement personnel et collectif. Ce cercle compte également des spécialistes français et canadiens auxquels le centre fait appel lorsqu’il s’agit d’un thème très pointu qui n’est pas très développé au Maroc. Cette équipe intervient dans plusieurs domaines: travail (relations homme-tâche-emploi, structure et ergonomie des tâches, stress au travail), personnel (RH, processus relationnels, intégration-implication-motivation) et organisation (structures et procédures, relations homme-organisation, communication, leadership et participation et conduite du changement). Le centre organise des séminaires de formation sur des thèmes précis: «développement comportemental», «savoir exercer une responsabilité opérationnelle», «outils psychlogiques des RH», «team building», etc. Il propose également deux cycles de formation diplômante destinée aux managers, DRH et responsable RH. Le prix est fixé à 7.500 DH pour particuliers et 11.000 DH pour entreprises. Le premier cycle, d’une durée de 3 heures, est dispensé chaque mardi à partir de 19h. Le second, un samedi par mois, dure toute la journée. Pour les personnes qui ne veulent pas participer au cycle et qui préfèrent assister à certains thèmes, elles peuvent y assister. Les tarifs sont de 1.000 DH par séance. Ces cours sont dispensés dans les locaux de l’Ecole supérieure de psychologie de Casablanca, partenaire privilégié de ce collectif. Le centre international de psychologie du travail effectue des interventions portant sur des tests psychotechniques, le bilan de compétence, l’étude de climat social ou encore la conciliation sociale. Il propose également des conventions de suivi et de soutien psychologique auprès des entreprises. «Les entreprises et les DRH sont de plus en plus ouverts. Ce n’est que rarement que nous rencontrons des personnes qui ont peur de la psychologie parce que ça va les déstabiliser», précise Ghita Msefer.Opérationnel depuis septembre 2005, le centre compte déjà plusieurs clients: entreprises, banques (Société Générale, BMCE Bank), assurances, ministères, administrations, Bank-Al Maghrib, etc. Outre les entreprises, le centre se fixe comme objectif de toucher d’autres cibles, notamment les juges, les enseignants et les médecins et infirmiers. «Ces responsables, qui sont en contact permanent avec la population, doivent savoir comment aborder ces personnes, les aider et les accompagner», précise Ghita Msefer. La maîtrise technique ne suffit pas pour ces métiers.Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc